Passer au contenu principal

La paire Maillard & Broulis: une dyarchie à la sauce vaudoise

Le pouvoir bicéphale du gouvernement cantonal s’est renforcé avec le plébiscite de la RIE III.

Pascal Broulis et Pierre-Yves Maillard lors de la présentation des résultats des votations sur la RIE III, le dimanche 20 mars 2016, à Lausanne.
Pascal Broulis et Pierre-Yves Maillard lors de la présentation des résultats des votations sur la RIE III, le dimanche 20 mars 2016, à Lausanne.
Laurent Gillieron, Keystone

La scène parlait d’elle-même, dimanche 20 mars. Le Conseil d’Etat in corpor e était aligné face à la presse pour commenter les résultats sur la RIE III (Philippe Leuba est arrivé en retard). Mais seuls les deux cadors du gouvernement se sont exprimés. Les autres n’étaient là que pour la photo.

Ainsi va la vie politique dans le canton de Vaud depuis bientôt deux législatures. Le système collégial glisse vers une pratique dyarchique, où le pouvoir se répartit entre deux personnes. Le «compromis» de la réforme fiscale vaudoise en est une bonne illustration. Bien sûr, il y a eu des négociations avec les milieux patronaux. Peut-être que Nuria Gorrite a tiré son épingle du jeu avec l’accueil de jour. Mais, au moment de faire les choix, ce sont bien Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis qui ont levé ou baissé le pouce.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.