Au Paléo, on se tait mais on est prêt

Risque terroristeLe festival, dont la 41e édition s'ouvre mardi, reste discret sur les mesures de sécurité prises. Le contexte sécuritaire tendu n'entame en rien le calme de ses responsables.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Bien sûr, s'il y a un attentat en France la semaine avant le festival, les choses seront très différentes.» C'était en avril dernier. Pascal Viot nous racontait son travail de responsable de la sécurité à Paléo, forcément impacté par les récents attentats à Paris et Bruxelles. Trois mois plus tard, la folie meurtrière de Nice résonne particulièrement, quatre jours avant le début du festival.

Depuis des semaines, en fait, Pascal Viot et les autorités mettent sur pied une flopée de mesures, «circonstanciées et progressives», à mettre en place en fonction du risque constaté - pour l'instant jugé plutôt faible - par le renseignement policier. «Pour d'évidentes raisons d'efficacité, nous ne communiquons pas les détails. On est dans une analyse permanente du risque. La question aujourd'hui, c'est quelles mesures on active, quand et où on le fait. Ce qui est certain, c'est qu'elles seront proportionnées, et avec un minimum d'impact sur le festivalier.»

Des contrôles, mais pas systématiques

Alors quid de la fouille, levée par certains comme le bouclier absolu anti-risque? Pascal Viot se fait plus nuancé. «Le périmètre du festival est plus étendu que le seul espace des concerts. Nous procéderons à des contrôles. C’est d’ailleurs le cas depuis plusieurs années et ce dans tout le périmètre du Festival, pas uniquement aux points d’entrée.» Histoire d'éviter de provoquer de grandes zones d'attroupement et générer ainsi de nouveaux risques.

Calmement, presque doucement, Pascal Viot insiste encore: «Il faut toujours aller voir au-delà de l'émotionnel. Sur Nice, nous n'avons encore aucun recul. Nous prendrons le temps d'analyser ces événements pour trouver, le cas échéant, les adaptations nécessaires.» Car le patron de la sécu n'est pas dupe: «Multiforme et multisite, le terrorisme est depuis toujours une histoire de contre-pied. Sur ce terrain, on est toujours à se préparer à la guerre d'hier. C'est difficile à éviter. A nous de trouver les moyens de répondre efficacement à des menaces qu'a priori nous ne connaissons pas précisément.» (24 heures)

Créé: 15.07.2016, 16h32

Pascal Viot, responsable sécurité du Paléo.

Articles en relation

«Envisager le pire, c’est mon job toute l’année»

La Côte Responsable de la quiétude des festivaliers de l’Asse, Pascal Viot vivra en juillet une édition «post-attentats» un peu particulière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.