La panne la plus longue de l’histoire du M2

LausanneDepuis mardi matin, le métro ne roule plus entre les stations Ouchy-Olympique et Gare, un tronçon emprunté chaque jour par 27 000 clients. Une défection historique dans sa durée.

Des techniciens des TL auscultent les rails à la station Grancy, là où la panne du métro a été localisée.

Des techniciens des TL auscultent les rails à la station Grancy, là où la panne du métro a été localisée. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis qu’il use ses pneus sur les rails en pente de la capitale vaudoise – c’était en octobre 2008 –, jamais le métro n’avait fait défection aussi longtemps. «Nous avons connu des dysfonctionnements de différentes natures et qui ont perturbé l’ensemble de la ligne par le passé, mais ces interruptions n’avaient duré que quelques heures. Cette fois, c’est vrai, c’est la plus longue de notre histoire», confirme Noémie Hatet, porte-parole des Transports publics lausannois (TL). En l’occurrence, la panne touche tout le sud de la ville depuis mardi matin, entre la station Ouchy-Olympique et celle de la Gare. Et nul ne sait combien de temps encore elle durera.

27 000 clients en carafe

En temps ordinaires, ce sont en moyenne 100 000 clients qui empruntent chaque jour le M2 sur toute sa ligne en semaine. Sur le tracé en panne, ces mêmes clients sont au nombre de 27 000. Ils sont frontaliers bien entendu, arrivant puis repartant d’Ouchy sur les bateaux de la CGN, mais aussi touristes, riverains et Lausannois désireux de faire une balade au bord du lac.

Personnel mobilisé sur le terrain

Comment réagissent les premiers? «Ce n’est pas la clientèle qui nous cause le plus de soucis. Les frontaliers sont généralement informés des pannes du métro sur les bateaux déjà, et une fois débarqués, ils savent où se rendre pour trouver les bus de substitution que nous mettons en place. Ceux qu’il nous faut davantage accompagner, ce sont les usagers occasionnels», explique Noémie Hatet. Une dizaine d’employés des TL, affectés d’ordinaire à la ligne Ouchy-Gare du métro, ont justement été déployés pour informer les clients sur le terrain.

D’autres membres du personnel des TL ont encore été sollicités: six sont présents sur la ligne ou dans les bureaux pour tenter de diagnostiquer la panne et une vingtaine d’autres s’occupent de sa gestion. Les moyens ne s’arrêtent pas là. Deux véhicules ont rejoint la flotte ordinaire des TL et assurent une ligne entre la Gare et Ouchy toutes les huit minutes. Quel est le coût de cette mobilisation? «Notre priorité est de remettre la ligne en fonction et d’assurer un service à notre clientèle, pas de calculer un quelconque manque à gagner.»

Alstom sur place jeudi

Reste donc à réparer l’avarie. Car pour ce qui est de trouver la panne, c’est déjà chose faite. Il s’agit d’un «dysfonctionnement récurrent et aléatoire» du circuit de voie de l’aiguille sud de la voie unique, située au niveau de la station de Grancy. «Des contacts réguliers avec le fournisseur Alstom et la poursuite des discussions avec les experts sont en cours afin de trouver une solution définitive et rapide à cette panne insidieuse», communiquaient les TL mardi déjà. A noter qu’Alstom se rendra sur place dès jeudi pour apporter son soutien à la résolution du problème.

Le circuit de voie qui est défaillant assure la détection des trains sur l’aiguille. L’avarie d’un tel élément génère une occupation fictive du tronçon en question. Le système automatique réagit alors comme si un train était présent sur le tronçon et, par mesure de sécurité, empêche donc toute circulation. Malgré un travail de maintenance «assidu» de la part des équipes, qui se sont relayées jour et nuit pour diagnostiquer les causes de l’avarie et procéder au remplacement de l’ensemble des composants de cet équipement, «la panne semble se répéter de façon totalement aléatoire». «Nous sommes toujours en train d’investiguer pour déterminer l’origine du problème et pour trouver une solution pérenne», admet Noémie Hatet. (24 heures)

Créé: 11.01.2017, 18h51

En chiffres

27000 Le nombre d’usagers qui empruntent chaque jour le M2 entre la Gare et Ouchy-Olympique.

2 Le nombre de métro-bus de substition mis en place par les TL pendant la durée de la panne. Ils assurent la ligne Gare-Ouchy toutes les huit minutes.

8 En années, l’âge du M2, mis en service le 27 octobre 2008.

40 Environ le nombre d’employés des TL réaffectés ces jours à l’information aux usagers, au diagnostic et à la gestion de la panne.

Même fournisseur au LEB

Fournisseur d’une partie du matériel lié aux pannes «récurrentes et aléatoires» paralysant le bas de la ligne du M2 - et dont la cause n’a toujours pas été déterminée -, la société française Alstom est également celle ayant livré le système de sécurité installé en août 2013 sur le bas de la ligne du Lausanne-Echallens-Bercher (entre Cheseaux et le Flon). Une installation qui a coûté 14 millions de francs mais qui, trois ans plus tard, ne fonctionne toujours pas à satisfaction. «Malgré une bonne collaboration avec la société et de nombreuses interventions, nous rencontrons encore des problèmes, qui souvent perturbent l’exploitation et causent des retards», déplore Daniel Leuba.

Le responsable LEB à la direction des TL constate que la distance géographique entre le fournisseur et les utilisateurs ne facilite pas le suivi. Si une partie des interventions peut en effet s’effectuer à distance, d’autres ne peuvent se faire que sur le terrain. Mais alors, pourquoi avoir choisi une entreprise basée à l’étranger? «Elle avait gagné le mandat lors de la mise au concours des travaux, imposée par la loi sur les marchés publics. C’est celle qui répondait le mieux à l’ensemble des critères.»

En attendant qu’Alstom finisse de fiabiliser son système de sécurité sur le bas de la ligne du LEB, Daniel Leuba espère que les choses se passeront mieux pour la suite du renouvellement des installations de sécurité. La mise au concours de la seconde étape, entre Cheseaux et Bercher, ayant été remportée par une entreprise basée au Mont-sur-Lausanne, il sera intéressant de voir si la proximité améliore la réactivité et le suivi en cas de panne.

A l’horizon 2019, ce nouveau chantier devisé à près de 10 millions de francs permettra enfin aux opérateurs de trafic de pouvoir gérer l’exploitation des trains sur l’ensemble de la ligne depuis une nouvelle télécommande basée à Echallens. A noter encore – et les automobilistes apprécieront l’information à sa juste valeur – que ce nouveau système permettra aussi d’optimiser les temps de fermeture des passages à niveau.
S.MR

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...