Paolo Schumacher explique sa thèse universitaire en 180 secondes

ConcoursUn Lausannois décroche le prix du public à la finale suisse d'une compétition de vulgarisation scientifique.

Paolo Schumacher UNIL, doctorant au Centre intégratif 
de génomique (CIG).

Paolo Schumacher UNIL, doctorant au Centre intégratif de génomique (CIG). Image: Alain Kilar

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans sa thèse, il est question de part de gâteau, de drague pour assurer la descendance, de petits bonshommes bleus ou noirs, et de deux plantes appelées Anna et Célestine. Mais ça, c’est la version courte, qui a valu au biologiste Paolo Schumacher, doctorant à l’Université de Lausanne, de gagner le Prix du public lors de la finale suisse du concours Ma thèse en 180 secondes, jeudi dernier. (cliquez pour visualiser la vidéo)

Si on la fait plus longue, il étudie l’action complexe d’une substance chimique (une protéine pour être précis) sur ce qu’on appelle le phototropisme de l’arabette des dames. Ou comment une espèce de plante s’oriente de manière plus ou moins marquée vers le soleil durant sa croissance, selon que son environnement est ensoleillé ou nuageux.

«C’était un petit défi personnel, je n’avais jamais vraiment pris la parole comme ça en public», déclare Paolo Schumacher, Lausannois de 28 ans qui a fait toutes ses études universitaires à l’UNIL. Il avoue avoir ressenti «un peu de stress» au moment de monter sur scène, puis «beaucoup de plaisir» une fois dessus.

«Je n’avais aucune idée sur comment j’allais m’y prendre, j’ai essayé d’écrire un résumé, c’était formel et ça prenait sept-huit minutes, c’était trop long. Et puis je me suis dit que ce serait bien d’humaniser mon histoire, de donner des noms aux plantes, d’adopter un ton avec un peu d’humour, ça permettrait aux gens de suivre plus facilement.» Il n’exclut pas, après sa thèse, de se réorienter dans la communication scientifique ou la vulgarisation.

Deux autres étudiants de l’UNIL étaient sur la liste, et trois de l’EPFL. Aucun ne participera à la finale mondiale en automne à Rabat (Maroc), qui ne concernera que les trois vainqueurs de cette finale suisse. Il s’agit de Désirée Koenig (Université de Fribourg, biologie), Guillaume Braidi (idem, droit) et Etienne Morel (Université de Neuchâtel, langue et linguistique française). (24 heures)

Créé: 10.06.2016, 18h32

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...