Parascolaire: Lausanne pourrait modifier ses règles

SocialLa gauche s'inquiète, alors que les professionnels grognent. La Municipalité se veut rassurante, mais laisse la porte ouverte au changement

Les nouvelles normes de l'Etablissement intercommunal pour l'accueil parascolaire prévoient d'augmenter le nombre d'enfants par adulte dans les structures d'accueil. Lausanne s'y dit opposée, mais pourrait s'adapter.

Les nouvelles normes de l'Etablissement intercommunal pour l'accueil parascolaire prévoient d'augmenter le nombre d'enfants par adulte dans les structures d'accueil. Lausanne s'y dit opposée, mais pourrait s'adapter. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Municipalité de Lausanne a répété depuis cet été qu’elle s’oppose aux normes de l’Établissement intercommunal pour l’accueil parascolaire (EIAP), qui prévoit d’augmenter le nombre d’enfants par adulte dans les structures d’accueil.

Or le rapport d’une sous-commission du Conseil communal indique que la Ville augmentera la taille des groupes dès la 3P, selon les normes de l’EIAP. «La mise en œuvre sera échelonnée sur trois ans», ajoute ce rapport.

Dans un contexte tendu entre les professionnels de l'enfance et l'EIAP, la première journée de mobilisation des structures d'accueil préscolaire et parascolaire a mené à une grève partielle et une manifestation de 8000 personnes à Lausanne.

Concertation avec les professionnels

Municipal POP de l’Enfance, David Payot se veut rassurant, mais laisse la porte ouverte au changement: «Ce rapport de sous-commission n’est pas un exposé des intentions de la Municipalité, mais il fixe un cadre budgétaire que nous pouvons adapter en fonction des besoins. L’un des enjeux sera de préciser un cadre lausannois, en concertation avec les professionnels de l’accueil de l’enfance. A priori, nous ne faisons aucune démarche dans le sens de changer notre pratique sans que cela soit validé au niveau du terrain.»

Le conseiller communal Alain Hubler (Ensemble à Gauche) reste inquiet: «Nous déposerons un amendement au budget 2019 pour corriger cela. Diminuer le taux d’encadrement est néfaste pour les enfants.»

Le socialiste Benoît Gaillard embraye: «Cet amendement ne signifie pas qu’une discussion sur le taux d’encadrement ne soit pas possible. Nous soutenons les professionnels de l’enfance et il est malvenu de changer ce taux alors qu’ils demandent des négociations avec l’EIAP sur ce point.»

Créé: 28.11.2018, 10h10

Articles en relation

D’ici à 2030, il faudrait 28’000 places d’accueil en plus pour les enfants

La Fondation pour l’accueil de jour publie une étude statistique sur les besoins des familles. La hausse idéale atteint 148% Plus...

[VIDÉO] Les parents solidaires de la grève des éducatrices

Social Quelque 8'000 manifestants ont défilé mardi à Lausanne. Entre un tiers et la moitié des parents lausannois ont suivi les demandes du personnel en cherchant d’autres solutions de garde. Plus...

Les villes refusent de rogner les standards des crèches

Accueil de jour Lausanne, Yverdon, Renens, Morges et un quart des réseaux d’accueil s’opposent au nouveau taux d’encadrement parascolaire Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.