Passer au contenu principal

L'énergie hydraulique aura-t-elle la peau des poissons?

Des organisations écologistes dénoncent un «scandale», tandis que Jacqueline de Quattro et Isabelle Moret jugent les craintes infondées.

C’est la première fois que les présidents des organisations écologistes vaudoises se réunissent pour une cause commune en faveur de la nature.
C’est la première fois que les présidents des organisations écologistes vaudoises se réunissent pour une cause commune en faveur de la nature.
Florian Cella

«Ce changement de loi va tuer 80% de nos cours d’eau.» Quand il s’agit de commenter la récente décision de l’Assemblée fédérale de valider une initiative parlementaire du président démissionnaire de l’UDC Albert Rösti, Jean-François Rubin est catégorique. Et il n’est pas le seul, puisque les sections vaudoises de Pro Natura, de BirdLife et du WWF, ainsi que la Société vaudoise des pêcheurs en rivières (SVPR) et la Fédération internationale des pêcheurs amateurs du Léman (FIPAL), s’allient au directeur de la Maison de la rivière de Tolochenaz pour dénoncer «un scandale écologique». «C’est la première fois que l’ensemble des présidents se réunissent pour une cause commune en faveur de la nature, s’exclame Jean-François Rubin. C’est dire si le sujet est important.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.