Passer au contenu principal

Pascal Dessauges se flatte d’être resté éloigné des dossiers chauds

Le préfet s’est tenu dans l’ombre durant 13 ans, sans risque de fâcher ses alliés de droite. Il se veut constructif, sans critiques.

Il y a un semblant de paradoxe derrière la candidature de l’UDC Pascal Dessauges qui veut permettre à l’UDC de revenir au Conseil d’État. Ou en tout cas derrière son «wording», entendez par là: derrière l’argumentaire que lui, son parti et ses alliés utilisent. S’il faut l’élire pour succéder au socialiste Pierre-Yves Maillard, c’est entre autres parce que ce préfet du Gros-de-Vaud n’a pris aucune position sur des dossiers qui divisent la droite ces dernières années. Pas un mot sur la libre circulation des personnes, l’immigration, les relations avec l’Europe, l’économie, etc.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.