Un passage de témoin vaudois au Conseil fédéral

HistoireConstant Fornerod, qui finira mal, quitte le pouvoir. Victor Ruffy le remplace.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’année 1867 est jalonnée, dans le canton de Vaud, par le Congrès de la Première Internationale à Lausanne, l’ouverture d’une usine à gaz à Morges, la naissance de La Feuille d’Avis de Montreux (imprimée à… Vevey) ou encore la mort de François Simond, syndic d’Yverdon.

Mais l’évènement le plus prégnant de l’année est la passation des pouvoirs vaudoise au Conseil fédéral. En novembre, Constant Fornerod, d’Avenches, démissionne de la jeune institution portée sur les fonts baptismaux en 1848. Victor Ruffy, de Lutry, est élu à sa succession le 6 décembre. Précédemment, en 1855, Fornerod avait remplacé Daniel-Henri Druey au pouvoir suprême. Celui-ci fut le tout premier Vaudois – ils sont 15 en tout – à avoir siégé à Berne.

Les similitudes entre les deux ministres sont légion. Seule l’issue sera différente. Fornerod terminera son existence dans la misère, Ruffy avec les honneurs. Ils sont tous deux avocats et membres du Parti radical démocratique (PRD). Ils ont chacun connu un parcours politique fulgurant.

Aussi populaire l’un que l’autre, ils sont âgés respectivement de 35 et 44 ans lorsqu’ils accèdent à la fonction suprême. Mieux, ils seront élus présidents de la Confédération durant leurs mandats: trois fois pour Fornerod (1857, 1863, 1867), une fois pour Ruffy. Mais le Lutryen n’honorera pas la charge suprême: il décède quelques jours avant.

Leurs pères sont juges de paix, celui de Ruffy est aussi tanneur et viticulteur. À quelques années près, les deux jeunes Vaudois mènent avec succès leurs études en droit à Lausanne. Ils font partie de la Société de Zofingue, parachèvent leur formation à Heidelberg. Fornerod est plus tard professeur de droit romain à l’Académie de Lausanne quand Ruffy opte pour la magistrature – juge cantonal. Avant de présider le Tribunal cantonal, il participera comme sous-lieutenant à la campagne du Sonderbund. Puis il ouvre une étude d’avocats.

Chacun mène de pair une action politique dans le canton qui les conduira aux plus hautes fonctions. Fornerod est d’abord chancelier en même temps qu’il est élu député au Grand Conseil (1845-1855). Ruffy va y siéger entre 1859 et 1863. Tous deux entreront à l’Exécutif vaudois. Fornerod gère Justice et Police, son cadet radical gouvernera l’Intérieur, l’Instruction publique et les Cultes. Ambitieux, les deux Vaudois rejoignent rapidement la Coupole fédérale où leur trajectoire bifurque un moment. Quand Fornerod est élu au Conseil des États (président en 1855), Ruffy est, lui, porté au Conseil national. Il sera premier citoyen suisse en 1863.

La prison pour Fornerod

Fornerod pousse alors plus que de raison la porte du Conseil fédéral à la mort de Druey. Les journaux de l’époque indiquent qu’il n’était pas le candidat du PRD, qui lui préférait soit le Veveysan Louis Blanchenay (ancien président des Mines et Salines de Bex), soit le Lausannois François Briatte. Son lobbyisme l’emporte et il est élu au 3e tour. La délégation vaudoise lui en tiendra rigueur. À son retour à Lausanne, Fornerod ne rencontre ni comité d’accueil, encore moins de discours et de fanfares. Durant douze ans, il dirigera le Commerce, les Douanes, les Finances, l’armée.

À sa démission fin 1867, le PRD lance Ruffy avec enthousiasme. Ce dernier hésite, notamment en raison de sa santé chancelante. C’est son ami Louis Ruchonnet (plus tard conseiller fédéral) qui le convainc, rappelle le Cercle démocratique dans le portrait consacré au Lutryen. Ruffy rejoint le collège début 1868. Il reçoit le Dicastère des finances. Son action au gouvernement n’est pas des plus marquantes. Pour cause, Victor Ruffy décède en 1969 d’une cardite. Son fils Eugène sera également conseiller fédéral, son arrière-petit-fils, Victor, conseiller national.

Si Lausanne a nommé une avenue Victor-Ruffy en 1913, la mémoire de Constant Fornerod n’est honorée à Avenches que d’une simple plaque apposée sur l’église Sainte-Marie-Madeleine d’Avenches. Et encore, partagée avec son combourgeois Jean Samuel Guisan.

Il faut dire que l’Avenchois a très mal fini. 1867, donc, Fornerod démissionne pour se lancer dans les affaires. Il dirige à Genève puis à Paris le Crédit Franco-Suisse. Cette société connaît un krach retentissant. La justice pénale française s’en mêle et envoie l’ancien président de la Confédération helvétique en prison. Revenu ruiné au pays, il est recasé par son ancien adversaire politique Paul Ceresole à la Compagnie du chemin de fer Jura-Simplon à Berne. Il se retire ensuite chez son frère, ancien pasteur, oublié de tous. Mort à 80 ans, Constant Fornerod repose au cimetière de Bettens.

Sources Journaux vaudois de l’époque www.cercle-democratique.org

Créé: 10.12.2017, 09h54

Les 13 autres Sages vaudois qui ont siégé sous la Coupole

Daniel-Henri Druey
Né en 1799 à Faoug, mort en 1855 à Berne. Avocat et journaliste. Membre du Parti radical-démocratique (PRD). Conseil fédéral: 1848-1855. Président de la Confédération en 1850.
Paul Ceresole
Né en 1832 à Friedrichsdorf (Allemagne), décédé en 1905 à Lausanne. Avocat. PRD. Bourgeois de Vevey. 1870-1875, président en 1873.
Louis Ruchonnet
Né en 1834 à Lausanne, mort en 1893 à Berne. Avocat. PRD. Bourgeois de Saint-Saphorin. 1881-1893, préside en 1883 et en 1890.
Eugène Ruffy
Né en 1854 à Lutry, mort en 1919 à Berne, fils de Victor. Avocat. PRD. 1894-1899. Président en 1898.
Marc-Émile Ruchet
Né en 1853 à Bex, mort dans la même ville en 1912. Avocat. PRD. 1900-1912. Président en 1905 et en 1911.
Camille Decoppet
Né en 1862 à Suscévaz et mort en janvier 1925 à Berne. Avocat. PRD. 1912-1919, président en 1916.
Ernest Chuard
Né en 1857 à Corcelles-près-Payerne, mort en 1942 à Lausanne. Ingénieur chimiste, professeur, chercheur. PRD. 1920-1928. Il préside en 1923.
Marcel Pilet-Golaz
Né en 1889 à Cossonay et mort en 1958 à Paris. Avocat. PRD. 1928-1944. Président en 1934 et en 1940.
Rodolphe Rubattel
Né en 1896 à Villarzel, décédé en octobre 1961 à Pully. Avocat. PRD. 1947-1954. Président en 1954.
Paul Chaudet
Né en 1904 à Rivaz, mort en 1977 à Lausanne. Vigneron. PRD. Originaire de Corsier-sur-Vevey. 1954-1966. Président en 1959 et 1962.
Georges-André Chevallaz
Né en 1915 à Lausanne et mort en 2002 à Lausanne. Enseignant. PRD. 1974-1983, président en 1980.
Jean-Pascal Delamuraz
Né en 1936 à Vevey, mort en 1998 à Lausanne. Politicien. PRD. 1984-1998. Président en 1989 et en 1996.
Guy Parmelin
Né en 1959 à Bursins. Vigneron. UDC. Élu au Conseil fédéral fin 2015.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.