Passer au contenu principal

Fini le papier, le dossier des patients sera informatisé

Le dossier informatisé des patients est désormais opérationnel dans tous les hôpitaux publics du canton de Vaud. Il remplacera progressivement le dossier papier.

Ce système permet d’améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients, surtout lorsque plusieurs spécialistes se succèdent à son chevet.
Ce système permet d’améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients, surtout lorsque plusieurs spécialistes se succèdent à son chevet.
Patrick Martin

Avantage: les informations pertinentes sont partagées par l’ensemble des soignants prenant en charge un patient. «Nous ne sommes pas encore au bout du processus mais il est irréversible», a indiqué ce matin le chef du Département de la santé Pierre-Yves Maillard lors d’une conférence de presse.

Le module de base du programme est désormais opérationnel au CHUV et dans les hôpitaux régionaux regroupés au sein de la Fédération des hôpitaux vaudois (FHV), ont indiqué les partenaires. D’autres fonctionnalités seront ajoutées ces prochains mois, comme l’accès aux analyses de laboratoire, aux radiographies ou les prescriptions de médicaments.

Ce système permet d’améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients, surtout lorsque plusieurs spécialistes se succèdent à son chevet. Les informations sont toujours à jour et sont partagées par tous les intervenants, comme les éventuelles allergies et les traitements en cours.

Gain de temps

Les avantages sont encore plus grands pour les professionnels, qui gagnent beaucoup de temps en ayant les informations nécessaires à portée de souris. Les temps morts dans l’attente de résultats d’examens, par exemple, s’en trouvent réduits. Les transferts entre hôpitaux sont facilités, les démarches administratives simplifiées. Le gain de temps se répercute déjà sur la longueur des séjours au CHUV, souligne le directeur. Celle-ci a diminué l’an passé de 3,4% alors que la lourdeur des cas augmentait. Convertie en dépenses, cette baisse se traduit par des économies de quelque 15 millions de francs, a estimé Pierre-Yves Maillard.

Mais dossiers informatiques et papiers coexistent encore actuellement, ce qui «ne va pas sans peine», a admis le directeur du CHUV Pierre-François Leyvraz. Les hôpitaux font un «effort colossal» de formation et les collaborateurs doivent s’adapter continuellement aux changements. «Cette révolution ne plaît pas à tout le monde, reconnaît Bertrand Vuilleumier, président de la Conférence des directeurs médicaux de la FHV. On a de la peine à avoir une unanimité mais quand on demande aux plus récalcitrants s’ils peuvent se passer de cet outil, ils répondent non.»

Protection des données

Les données d’un patient ne sont pas accessibles à quiconque a accès au système informatique, ont souligné les responsables du projet. La consultation d’un dossier est restreinte aux soignants du service où la personne est hospitalisée. Les accès sont nominatifs et chaque consultation d’un dossier est enregistrée.

En outre, seules les informations pertinentes au traitement sont partagées, pas tout le dossier d’un patient. «Pour soigner la jambe cassée d’une dame de 60 ans, il n’est pas nécessaire de savoir qu’elle a fait une dépression à 35 ans», a illustré Pierre-Yves Maillard. Les assureurs maladies n’auront pas non plus accès à ces données.

Au total, 21 millions ont été consacrés à ce projet sur 6 ans: 12 pour le CHUV et 9 pour les hôpitaux de la FHV. «C’est modeste par rapport au gros milliard que coûtent les hôpitaux chaque année», relève Pierre-Yves Maillard. Au CHUV, 9000 soignants se connectent déjà au logiciel tous les jours, près de 3800 dans les 8 établissements de la Fédération des Hôpitaux Vaudois. Ce projet s’inscrit dans la stratégie cybersanté de la Confédération qui vise l’introduction du dossier électronique du patient dans toute la Suisse d’ici 2015.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.