Passer au contenu principal

Le patron des hôtels Sandoz change de palaces

François Dussart quitte Beau-Rivage et Lausanne Palace pour le groupe Michel Reybier Hospitality.

«Mon passage au Beau-Rivage reste une expérience exceptionnelle.»
«Mon passage au Beau-Rivage reste une expérience exceptionnelle.»
ODILE MEYLAN

«Cela fait seize ans que j’étais à la Fondation Sandoz, d’abord comme directeur du Beau-Rivage, puis du groupe. Là, on m’a proposé un très beau projet, toujours dans une structure familiale.» François Dussart n’a rien perdu de son amabilité à l’heure de confirmer son départ prochain pour le groupe Michel Reybier Hospitality, révélé par «Le Temps».

L’ancien élève de l’École hôtelière de Lausanne tenait à rester en Suisse et à éviter un grand groupe international. À 51 ans, le poste qu’on lui a proposé «est un très beau défi, avec un développement à l’international dans ce groupe que je connais bien.» Michel Reybier, après avoir fait fortune en France avec Justin Bridou ou Cochonou, est très actif dans trois domaines. Le vin (de Cos d’Estournel au Tokay Chateau Imperial), la santé (Swiss Medical Network, dont les cliniques de Montchoisi ou de Genolier) et l’hôtellerie.

François Dussart sera chargé du regroupement organisationnel des différentes adresses du catalogue, la chaîne sélecte La Réserve (Genève, Zurich, Paris, Ramatuelle) et les quatre cinq-étoiles de Victoria Jungfrau, entre Berne, Interlaken et Zermatt. «Ce sont de très belles maisons, et il sera très intéressant d’y définir une culture commune, même si chaque établissement devra garder sa personnalité.» Il passe ainsi à un projet de plus grande taille, avec une ouverture à l’international qu’il n’avait pas à la Fondation Sandoz. Un groupe qu’il quitte avec émotion, et pas en raison de la réorganisation qui touche la fondation de la famille à l’origine de Novartis. Mais la division hôtelière n’est pas remise en question.

«Mon passage au Beau-Rivage reste une expérience exceptionnelle, c’est un hôtel qui marque un directeur, surtout quand on arrive de l’étranger.» Depuis 2003, il a mené différents projets au sein du palace d’Ouchy, dont l’intégration de l’Hôtel d’Angleterre puis celle du Palafitte, à Neuchâtel. Quand le groupe a racheté le Lausanne Palace et le Château d’Ouchy, François Dussart a inauguré ce poste de directeur général pour concilier la culture de deux maisons qui avaient été concurrentes pendant un siècle et synergiser les services. «Mais le groupe est en bonne santé, les équipes sont solides et il y a plein de projets qui sont sur les rails.» Sa date de départ n’est pas encore fixée, le temps que le conseil d’administration dirigé par Me François Carrard trouve par qui le remplacer.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.