Peine réduite pour le policier chauffard

JusticeL’ancien agent de police flashé à 150 km/h sur la route du Dézaley écope de douze mois avec sursis en appel

En plus de l'excès de vitesse monstre, l'ancien policier avait dépassé un véhicule malgré la ligne de sécurité.

En plus de l'excès de vitesse monstre, l'ancien policier avait dépassé un véhicule malgré la ligne de sécurité. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L ’ancien sergent-major de la police intercommunale de Lavaux lutte aujourd’hui contre les djihadistes au Mali, en mission pour la Confédération. «Il est dans le désert subsaharien plutôt que de patrouiller au bord du lac», a lâché son avocat, Me Christian Favre.

Il n’était donc pas là, jeudi après-midi, pour assister à son procès en appel. Pour s’être fait flasher à 150 km/h sur la route du Dézaley limitée à 80 km/h et avoir dépassé un tiers malgré la ligne de sécurité en février 2016, l’ancien policier avait été condamné à 15 mois de prison avec sursis pendant deux ans, l’infraction faisant de lui un chauffard selon les normes Via sicura.

Si l’homme, qui n’était pas en service ce jour-là, avait à ce point appuyé sur le champignon, c’est qu’il craignait de ne plus revoir sa mère vivante. En première instance, il avait expliqué qu’il venait de recevoir un appel l’informant que sa mère, hospitalisée la veille, avait été placée sous oxygène à l’Hôpital de Montreux.

Peu pris en compte en première instance, ce coup de fil s’est retrouvé au cœur des débats en appel. «Mon client n’est pas en quête d’absolution mais il veut que la justice puisse admettre que l’homme, pas le policier, se soit trouvé devant quelque chose d’ingérable. Si l’on vous informait, là, maintenant, que la personne qui vous est la plus chère au monde est hospitalisée, que feriez-vous?», a lancé l’homme de loi à la Cour.

Reconnaissant les circonstances particulières du dossier, le procureur général adjoint Franz Moos ajoutait dans la foulée qu’elles ne sauraient servir d’excuse à son comportement. «Faire preuve d’empathie, ce n’est pas excuser l’inexcusable. L’appelant était au fait des risques liés à la circulation routière et des normes Via sicura qu’il faisait appliquer et qu’il dénonçait. Quant au coup de fil (ndlr: passé en anglais), il l’a interprété comme tel mais il n’était pas indicatif d’un risque de mort imminente», développait le représentant du Ministère public, soulignant le comportement dangereux de l’ancien policier.

A l’heure du verdict, le président de la Cour d’appel, Patrick Stoudmann, commençait par reconnaître que le fameux coup de téléphone avait toute son importance. Pour autant, la Cour a estimé qu’en tant que policier expérimenté, il connaissait les risques liés à son comportement dangereux, qu’il s’en était accommodé et qu’il était bien placé pour connaître la vitesse à cet endroit; le tronçon se trouvant sur son ancien territoire d’intervention. «Mais la motivation du geste et les circonstances sont à prendre à considération à décharge», a conclu le président, admettant partiellement l’appel et condamnant l’ancien policier à 12 mois de prison avec sursis pendant 2 ans .

Créé: 07.07.2017, 09h23

Articles en relation

Le policier chauffard écope de 15 mois avec sursis

Justice L'agent de la police intercommunale de Lavaux avait été flashé l'an passé à 150 km/h sur la route du Dézaley limitée à 80 km/h. Plus...

L’affaire du policier chauffard se complique

Justice Le procès de l’agent flashé par ses collègues de la police de Lavaux à 150 sur une route limitée à 80 a été suspendu mercredi pour complément d’enquête. Plus...

Flashé à 150km/h, un policier vaudois risque la prison

Lavaux Un membre de la police intercommunale de Lavaux roulait à 150 km/h sur une route limitée à 80, dans sa juridiction. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.