Le «père incestueux» renonce à recourir

VaudL’homme ne contestera pas au Tribunal fédéral la peine de 18 ans de prison infligée pour ses maltraitances et ses abus sexuels.

Le père incestueux lors de son arrivée au Tribunal criminel de la Broye et du Nord vaudois, en mars 2018, à Yverdon-les-Bains. Le 8 octobre, au Tribunal cantonal, il s'était présenté rasé et cheveux coupés.

Le père incestueux lors de son arrivée au Tribunal criminel de la Broye et du Nord vaudois, en mars 2018, à Yverdon-les-Bains. Le 8 octobre, au Tribunal cantonal, il s'était présenté rasé et cheveux coupés. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il avait créé un enfer pour sa famille de huit enfants. Celui qu’on surnomme le «père incestueux», un Vaudois de 42 ans, avait été condamné à 18 ans de prison ferme pour ses mauvais traitements et ses abus sexuels. Il ne se battra pas contre la peine confirmée le 8 octobre dernier par le Tribunal cantonal: il n'ira pas au Tribunal fédéral.

«Je confirme l’absence de recours mais ne ferai pas de commentaire», déclare Me Loïc Parein, avocat du condamné, à la suite d’une information du site lematin.ch. Il ne donne ainsi pas la raison précise de ce renoncement. L’épouse du condamné, elle, avait été condamnée à trois ans de prison dont six mois ferme pour complicité passive. Elle n’avait pas fait appel.

Me Bernard de Chedid, avocat de la fille aînée qui avait dénoncé ses parents, estime que la marge de manœuvre du condamné aurait été «étroite» s’il avait recouru au Tribunal fédéral. Mais ce n’était pas une mission totalement impossible. Le point qui aurait pu éventuellement convaincre les juges, c’est la sévérité de la peine. Lors du procès en mars dernier, le procureur avait requis 16 ans. Le condamné a pris deux ans de plus. L’abandon pourrait s’expliquer par le ras-le-bol exprimé par le père abuseur au Tribunal cantonal: «J’en ai marre. Je n’ai plus le courage de me battre», avait-il dit.

L'avocat de six des huit enfants, Me Xavier Rubli, voit dans cette situation une conclusion positive. «Le fait que la procédure pénale trouve enfin son épilogue est un soulagement pour les enfants», affirme-t-il, avant d'ajouter: «Si un verdict judiciaire n’est bien évidemment pas un remède miracle, il était essentiel, pour leur reconstruction, que leur souffrance et leur parole soient reconnues par la justice. C’est désormais chose faite, de manière définitive». (24 heures)

Créé: 29.11.2018, 12h23

Articles en relation

La condamnation du père abuseur est confirmée

Justice Le père de huit enfants comparaissait ce lundi après-midi à sa demande devant la Cour d’appel cantonale. Plus...

Le père incestueux condamné, l’enquête de l’État peut débuter

Procès Le Tribunal criminel a infligé jeudi 18 ans de prison au père de huit enfants jugé pour plus de dix ans d’abus sur plusieurs d’entre eux. Plus...

Les occasions manquées de stopper un enfer familial

Enquête Le père, accusé d’avoir abusé et violenté plusieurs de ses huit enfants, et sa femme, complice présumée, étaient suivis depuis 18 ans par un vaste réseau de professionnels. Sans succès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.