Passer au contenu principal

Les «petites mains» de l’enseignement se rebiffent

Le syndicat Sud revendique un statut pour les 400 «assistants à l’intégration» du canton dès la rentrée scolaire.

Aristides Pedraza, syndicat Sud: «Il n’est pas question qu’il y ait une rentrée de plus sans nouveaux éléments de stabilisation et de sécurisation de l’emploi.»
Aristides Pedraza, syndicat Sud: «Il n’est pas question qu’il y ait une rentrée de plus sans nouveaux éléments de stabilisation et de sécurisation de l’emploi.»
Florian Cella

Elle a commencé il y a seize ans à la demande d’une amie enseignante, qui devait intégrer un enfant autiste dans sa classe. Nicole était alors assistante dentaire, sans aucune formation dans le domaine des «enfants à besoins particuliers», comme on les appelle. Hémiplégie, troubles du déficit de l’attention, hyperactivité: pour un salaire horaire de 32 fr. 55 tout compris, elle intervient depuis comme «assistante à l’intégration» pour aider les écoliers en situation problématique dans les classes de l’école publique vaudoise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.