Philippe Leuba en Indonésie pour parler de l’huile de palme

EconomiePhilippe Leuba accompagne le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann en Indonésie et en Arabie saoudite jusqu’à lundi. L’enjeu vaudois est avant tout agricole.

Après avoir accompagné le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann parmi les rangées de vignes gelées à Cudrefin en avril dernier, Philippe Leuba lui tiendra à nouveau compagnie.

Après avoir accompagné le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann parmi les rangées de vignes gelées à Cudrefin en avril dernier, Philippe Leuba lui tiendra à nouveau compagnie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann est déjà parti pour un périple d’une semaine et demie en Russie, en Indonésie, en Arabie saoudite et aux Etats-Unis. Seul Vaudois dans l’équipe, le conseiller d’Etat Philippe Leuba sera du voyage pour les escales indonésienne et saoudienne de mercredi à lundi prochain. L’enjeu est avant tout agricole.

– Quel est l’intérêt économique d’un voyage en Indonésie pour le canton de Vaud?
– L’Indonésie et la Malaisie sont deux pays avec lesquels des discussions sont en cours autour d’un accord de libre-échange. L’Indonésie est un important producteur d’huile de palme, qui est un concurrent de l’huile de colza. Or 30% de l’huile de colza suisse est produite dans le canton de Vaud. Comme président de la Conférence des directeurs cantonaux de l’agriculture, je veux savoir comment les discussions évoluent.

– Que défendez-vous?
– Des conditions correctes pour l’huile de colza et que la Suisse soit pas envahie par l’huile de palme. L’enjeu de cette question est agricole et écologique, car l’huile de palme contribue à la déforestation. Plus généralement, j’ai des contacts avec des chefs d’entreprises vaudois – hors de l’agriculture – qui considèrent ces pays comme des marchés importants.

– Pour défendre les producteurs de colza, pourquoi ne pas vous adresser aux industriels utilisant de l’huile de palme?
– La question des barrières douanières est du ressort de l’Etat, qui fixe les conditions et les quantités d’importation.

– Et pourquoi aller en Arabie saoudite?
– L’Arabie saoudite est un important client économique de la Suisse, avec l’horlogerie par exemple. Ce voyage permettra de voir ce qui bout dans la marmite. Avec la situation politique au Qatar, s’y rendre n’est pas anodin.

– Mais les relations économiques entre Vaud et ces pays restent limitées.
– C’est pourquoi le potentiel de développement est très fort. L’Arabie saoudite est le 18e partenaire économique de la Suisse, avec un volume d’échanges de 3,2 milliards de francs. L’Indonésie est 31e avec un volume de 2,8 milliards. Paul Bulke, directeur général de Nestlé, dit lui-même qu’il s’agit d’un marché prometteur, relativement stable, avec une forte ouverture.

– Vous vous rendez dans deux pays qui ne sont pas connus comme de grands défenseurs des droits de l’homme.
– Il s’agit d’un voyage à vocation économique. Ce sont deux membres de l’ONU, dont le siège est à Genève, et avec lesquels la Suisse entretient des relations économiques. C’est dans le dialogue que l’on fait avancer nos valeurs. Je vais là-bas pour défendre les agriculteurs vaudois. (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 18h09

Articles en relation

L'huile de palme pourrait faire disparaître le colza de nos tables

Agriculture Les producteurs vaudois redoutent un futur accord de libre-échange avec la Malaisie jugé mauvais pour eux et les consommateurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.