Pierre-Yves Maillard: «la méthode de compromis consacrée»

RIE IIILe président du Conseil d’Etat a porté la réforme vaudoise. Il réagit suite à la votation du dimanche 20 mars.

Le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En tant que président, mais aussi socialiste, vous venez de contribuer à faire accepter massivement une baisse fiscale qui ne fait pas vraiment partie de votre ADN politique. Comment le vivez-vous?

Je suis heureux et soulagé comme président du Conseil d’Etat, car la méthode de compromis proposée en début de législature trouve là une consécration. Et heureux comme socialiste, car vient d’être politiquement confirmée une réforme qui contient des avancées sociales sans précédent. En particulier le fait que le régime des subsides LAMal garantira dès 2019 que les gens n’aient pas à payer plus de 10% de leurs revenus pour l’assurance-maladie. Tout cela avec le souci de garder une économie prospère: car la première des mesures sociales reste de préserver l’emploi.

Ces succès vous incitent-ils à solliciter un nouveau mandat de conseiller d’Etat aux prochaines élections?

Je vois que l’échéance de la décision approche…

Les débats sur la réforme des entreprises sont encore en cours au plan fédéral. Quels sont les risques pour le canton de Vaud?

La part rétrocédée aux cantons devrait être encore améliorée, et on aurait aimé que l’impôt sur le dividende soit rehaussé. Il faudra que les déductions pour la recherche et le développement faits à l’étranger ne soient pas possibles. La séparation du débat sur le droit de timbre est en revanche une bonne chose. Le périmètre du débat s’est resserré. Maintenant, il faut que les forces majoritaires du parlement acceptent de négocier.

Mais que se passera-t-il si les compensations aux cantons sont en dessous de vos prévisions?

Nous souhaitons une rétrocession de 21,2% de l’impôt fédéral direct (IFD), comme l’a voulu le Conseil des Etats, plutôt que la solution du Conseil fédéral qui est de 20,5%. Il y a encore du travail, mais l’issue de ces divergences ne devrait pas rompre l’équilibre de la réforme vaudoise. Aux comptes, la situation financière du canton de Vaud reste bonne et on peut considérer que les risques sont mesurés.

Si le Parti socialiste lance un référendum contre la réforme fédérale, le soutiendrez-vous?

Cela dépendra du contenu final. Ce qui est sûr, c’est que la suppression du droit de timbre était une provocation. Cette idée est séparée du projet et pourra être combattue pour elle-même. Pour le reste, on jugera à la fin des débats. Mais je suis sûr que la population suisse apprécierait que la majorité du parlement tienne compte de ce que pense la minorité.

Le ministre des Finances, Pascal Broulis, a rappelé dimanche que Vaud avait choisi de baser sa réforme sur le taux unique, alors que d’autres cantons misaient sur les déductions, qui font en ce moment débat aux Chambres. Cela signifie-t-il que le canton de Vaud y recourra peu?

Dans la loi d’application, nous serons modérés dans l’utilisation des outils mis à disposition, car, à terme, c’est le taux qui est le moins discutable, notamment au regard des règles internationales.

Près de 9 électeurs sur 10 viennent d’accepter une baisse d’impôt pour les entreprises. Est-ce que cela va donner des ailes à ceux qui veulent diminuer les impôts des personnes physiques?

Notre paquet, et cela a peu été dit durant la campagne, garantit aussi la stabilité de l’imposition des personnes physiques jusqu’en 2020. C’est un élément central de ce compromis qui sécurise les finances publiques mieux que l’aventure référendaire, qui en outre menaçait les avancées sociales.

Créé: 20.03.2016, 23h17

Articles en relation

Deux socialistes: deux avis sur la réforme fiscale

Débat Pierre-Yves Maillard est l’un des grands artisans du volet vaudois de la RIE III. Son camarade de parti, Julien Eggenberger, combat cette proposition du Conseil d’Etat. Plus...

Revivez le second tour des Communales et les résultats de la RIE III

Elections/Votation Alors que les Vaudois se sont favorablement prononcé sur la réforme de l'imposition des entreprises, 61 communes ont complété leurs autorités. Plus...

Les Vaudois plébiscitent la réforme fiscale

RIE III La modification de la loi sur les impôts directs cantonaux est largement acceptée par 87,12% contre 12,88%. Le taux de participation est de 35,31%. Plus...

Nouveau recours avant le vote sur la réforme fiscale

Justice Las d’attendre une décision du Conseil d’Etat, les référendaires anti-RIE III s’adressent à la Cour constitutionnelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...