Le pilote vaudois du F/A-18 s’est tué en vivant son rêve

CrashDavid Goldiger, mort lundi dans la chute de son avion militaire, laisse un souvenir ému à Forel, le village de sa jeunesse.

Le site du crash, près du Susten, en Suisse centrale, où le Vaudois a trouvé la mort.

Le site du crash, près du Susten, en Suisse centrale, où le Vaudois a trouvé la mort. Image: Alexandra Wey/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mort du pilote David Goldiger, lundi peu après 16 h, lors du crash de son F/A-18 dans la région du col du Susten, suscite l’émotion dans le canton de Vaud. Le premier lieutenant âgé de 27 ans avait décollé de Meiringen (BE) mais il était rattaché à la base aérienne de Payerne. La famille, qui ne souhaite pas s’exprimer alors qu’une enquête sous haute tension est en cours (voir ci-contre), habite à Crissier et à Forel (Lavaux), village où David Goldiger laisse un souvenir ému auprès de ses amis de jeunesse. Sur l’aérodrome de Payerne où il était affecté, c’est la consternation. «Nous sommes une grande famille, ça fait toujours mal de perdre un des nôtres, surtout si jeune», s’émeut un officier.

«Un pilote ne meurt jamais»

Les amis et connaissances saluent de leur côté un homme engagé à fond dans ses actions, en particulier l’aviation. «Un pilote ne meurt jamais, il s’envole juste et ne revient pas»: la citation d’Antoine de Saint-Exupéry circule sur Facebook, sur fond de F/A-18 et de montagnes.

Les amis de David Goldiger avaient déjà un peu perdu le pilote en 2009. Il devait s’engager au comité de la Jeunesse du Grenet, à Forel (Lavaux). Il ne l’a pas fait car sa carrière militaire dans les Forces aériennes l’attendait. Avant même de s’engager dans l’armée, parallèlement aux études qui ont abouti, en 2008, à une maturité orientée sur la physique et les mathématiques au Gymnase de la Cité, à Lausanne, il avait suivi les cours préparatoires de l’aviation, se souvient un de ses anciens copains: «Il est mort de sa passion», relève-t-il. Une passion qui lui a valu une citation de l’Aviation Business Gazette, en septembre 2013, au moment de l’inscription de David Goldiger dans une base de données internationale de pilotes reconnus pour leur formation.

«Roi des bons types»

«Il a arrêté ses activités avec nous pour réaliser son rêve», relève un autre ami qui avait trois ans de moins que David et était un proche du petit frère du futur pilote, Maxime. «Il était un peu mon grand frère et il m’a beaucoup appris», ajoute-t-il. Les souvenirs évoquent un jeune homme charismatique, très apprécié – «le roi des bons types» – et plein d’humour. «Il nous faisait rire en nous racontant des anecdotes en imitant l’accent suisse allemand ou anglais», se souvient un camarade des nombreuses activités de l’époque. Le jeune homme était aussi actif et sportif, toujours partant pour former une équipe d’unihockey dans le but de participer à un tournoi organisé par les Jeunesses.

Sa carrière militaire l’a éloigné de ses amis vaudois. Pourtant, il était bien de Forel (Lavaux), le domicile indiqué lors sa promotion au grade de premier-lieutenant le 10 décembre 2015. Selon le Blick , David Goldiger s’était installé tout récemment avec sa compagne dans les environs de la base aérienne de Payerne. (24 heures)

Créé: 02.09.2016, 19h02

Articles en relation

Crash du F/A-18: Skyguide pointé du doigt

Col de Susten Jeudi soir, l'émission d'information 10 vor 10 de la SFR a mis en cause Skyguide qui assure la surveillance aérienne pour l'armée. Plus...

La dépouille du pilote du F/A-18 a été retrouvée

Armée de l'air Le corps du militaire âgé de 27 ans a été identifié ce mercredi sur le site du crash dans la région du Susten. Plus...

«Les F/A-18 sont prévus pour voler quelle que soit la météo»

Armée Les débris de l'avion disparu lundi dans la région du Susten ont été retrouvés, mais pas le pilote. Plus...

Erreur de guidage depuis le sol? Pas sûr.

Erreur humaine, défaillance technique, malaise? Qu’est-il vraiment arrivé lundi pour que l’appareil du premier-lieutenant David Goldiger s’écrase au pied du Susten? Les conditions étaient difficiles. Cet après-midi-là, une épaisse couche nuageuse masquait les montagnes, le pilote, qui venait de décoller, volait aux instruments en suivant les indications de la tour de contrôle de Skyguide. Jeudi, nos confrères de 10 vor 10 annonçaient qu’il pouvait s’agir d’une erreur d’altimétrie de l’opérateur chargé du guidage aérien. Hier, Skyguide ne pouvait ni confirmer ni démentir ces assertions, l’enquête est en cours. Les F/A-18 sont prévus pour voler quelle que soit la météo. Mais les modèles suisses ne sont pas équipés de radar «de suivi du terrain», permettant de voler à basse altitude à haute vitesse en suivant le relief du sol. «La plupart du temps, nous volons à vue, explique un pilote. En cas de mauvaise visibilité ou la nuit, nous volons aux instruments et en suivant les indications de la tour (ndlr: de Skyguide) ».

Le pilote a-t-il reçu la bonne altitude lundi au Susten? Le cas échéant, l’a-t-il suivie? Ce sont deux questions fondamentales parmi d’autres que la justice militaire devra élucider. «La responsabilité du vol incombe au pilote, explique un chef d’escadrille. Skyguide va donner une route et une altitude à suivre. S’il ne le fait pas, la tour de contrôle va s’en apercevoir et elle va relancer le pilote. Mais elle ne pourra pas prendre le contrôle de l’appareil.» Seule l’analyse de la boîte noire du F/A-18 pourra donner des indications sur le déroulement des événements.Christian Aebi

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...