Pincé aux bains, un pervers est puni

YverdonUn cas de gestes déplacés au Centre thermal a fini devant la justice. La vigilance accrue après l’affaire du voyeur a payé.

Au Centre thermal d'Yverdon les baigneurs sont invités à garder leurs distances les uns avec les autres. Les garde-bains y sont rendus attentifs.

Au Centre thermal d'Yverdon les baigneurs sont invités à garder leurs distances les uns avec les autres. Les garde-bains y sont rendus attentifs. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les clients aux comportements inadaptés commencent à comprendre que ça ne marche plus!» Le constat est celui de Sophie Cook, directrice du Centre thermal d’Yverdon, après la récente condamnation d’un auteur d’attouchements, dénoncé l’été dernier, au moment où la presse révélait l’existence d’un voyeur ayant filmé plus de 500 séquences à l’insu des baigneuses.

L’arrestation, en novembre 2018, du vidéaste pervers qui avait diffusé ses images sur des sites pornographiques avait incité les Bains d’Yverdon à renforcer leur vigilance à l’égard des comportements répréhensibles. Et cela a payé un après-midi de juillet, quand une cliente s’est retrouvée confrontée à un individu sans scrupule.

Alors qu’elle se déplaçait dans un bassin, le quinquagénaire a d’abord profité du mouvement pour lui effleurer les seins. Peu après, il a glissé une main dans son maillot et lui a touché le sexe durant quelques secondes, le temps qu’elle le fusille du regard et se dégage.

«Cette dame a aussitôt avisé les gardes-bains. Ils ont pu attraper l’homme dans la foulée et avertir la gendarmerie, qui a pris le relais», raconte Sophie Cook. Renvoyé devant le Ministère public du Nord vaudois, l’Espagnol établi en Suisse a admis les accusations et écopé d’une amende de 500 francs pour désagréments causés par la confrontation à un acte d’ordre sexuel.

Alors que la plaignante peut encore faire valoir une éventuelle réparation pour le tort causé devant une cour civile, l’autorité pénale ne livre aucun commentaire mais assure que ce condamné n’a rien à voir avec le voyeur. En l’état de nos informations, l’enquête autour de cet autre prévenu est toujours en cours.

Effort de sensibilisation

Le lien entre ces deux affaires réside tout de même dans l’effort de lutte contre les dérives sexuelles mené par l’établissement yverdonnois. Ses responsables estiment que la dénonciation des attouchements résultent d’une prévention intensifiée.

«Le nombre de gardes-bains est resté le même, mais les équipes sont davantage informées et sensibilisées»

Alors que la préoccupation autour des délinquants sexuels a toujours existé «dans tous les lieux de baignade du monde», insiste Sophie Cook, comment a-t-on amélioré le contrôle? «Le nombre de gardes-bains est resté le même, mais les équipes sont davantage informées et sensibilisées, indique Bernard Russi, PDG du groupe BOAS propriétaire du site. Avant il était simple d’identifier les dispositifs pour filmer, mais maintenant il faut être entraîné à repérer les nouveaux gadgets comme les lunettes, stylos ou montres avec caméras intégrées. Même le personnel d’entretien est formé et peut signaler des problèmes.»

De l’espace d’accueil aux bords des bassins, en passant par les vestiaires, les collaborateurs sont maintenus en alerte permanente avec davantage de rondes et un tournus augmenté entre les postes, pour éviter que la routine n’émousse leur attention. Certains clients figurant sur liste noire sont interdits d’entrée et la plupart des gardes-bains, employés de longue date, sont en mesure de repérer ces indésirables. Des changements ont aussi été opérés au niveau des caméras de surveillance. «Mais je ne veux pas trop en dire», souffle Bernard Russi.

La clientèle est également sensibilisée. «Nous affichons une charte des baigneurs avec neuf pictogrammes qui interdisent notamment la prise d’images, invitent à garder des distances et à alerter les gardes-bains en cas de problème, énumère Sophie Cook. Cela a fonctionné lors de l’événement de l’été dernier.»

«Depuis les attouchements dénoncés l’été dernier, le Centre thermal d’Yverdon n’a plus eu de plainte à déplorer»

Le PDG de BOAS a également décelé un changement à la suite du battage médiatique autour des vidéos. «Les personnes qui dysfonctionnent osent moins se risquer aux comportements déviants. A contrario, les personnes qui se font agresser osent davantage en parler», se félicite-t-il. Selon Sophie Cook, l’effort général est payant: «Depuis ces attouchements dénoncés l’été dernier, le Centre thermal d’Yverdon n’a plus eu de plainte à déplorer.»

Créé: 14.01.2020, 06h42

Articles en relation

Comment piscines et bains traquent les pervers

Société Marginal mais récurent, les voyeurs sont sous surveillance, rappellent les gardes-bains après l'affaire du pervers du centre thermal d'Yverdon. Ils en appellent à la vigilance des baigneurs. Plus...

Qui est le pervers qui a écumé les bains thermaux pendant trois ans?

Yverdon-les-Bains Arrêté l’an dernier, le maniaque des images volées était très suivi. Son principal profil a été supprimé. Plus...

Le pervers a publié 512 vidéos de femmes piégées

Yverdon-les-Bains L’année dernière, un voyeur a baladé sa caméra indiscrète dans les bassins yverdonnois. Il a ensuite posté ses vidéos sur des sites à caractère pornographique. Il a été interpellé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...