PlanetSolar sur le point de boucler un exploit prometteur

EnergieLe?premier tour du?monde réalisé uniquement grâce à?l’énergie du soleil se termine vendredi à Monaco.

L’équipage du catamaran PlanetSolar (ici à Miami) aura parcouru <nobr>60 000</nobr>?km.

L’équipage du catamaran PlanetSolar (ici à Miami) aura parcouru 60 000?km. Image: © www.planetsolar.org

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est vendredi, au port Hercule de Monte-Carlo, que s’achèvera l’aventure PlanetSolar. 586?jours de navigation – en comptant de nombreuses étapes – et près de 60?000?km parcourus: il s’agit du premier tour du monde «100% solaire». L’ambulancier neuchâtelois Raphaël Domjan, devenu «écoaventurier», aborde la dernière ligne droite. Son rêve fou, imaginé il y a neuf?ans de cela, va devenir réalité.

PlanetSolar a donc rendez-vous avec l’Histoire. La «petite» histoire des navires solaires, elle, n’a bien sûr pas attendu cette performance pour débuter. «PlanetSolar n’a rien inventé, mais en faisant le tour du monde, il pousse la démonstration encore plus loin. Les gens vont pouvoir arrêter de s’interroger sur les capacités de la technologie solaire en termes d’autonomie», se réjouit Guy Wolfensberger, directeur de Grove Boats SA, concepteur de bateaux électro-solaires basé à Yvonand.

Belles perspectives
Ce marché n’en est qu’à ses balbutiements. Les rares bateaux solaires à vocation touristique sont plutôt cantonnés aux lacs, rivières et bandes côtières. Mais PlanetSolar met en lumière des perspectives prometteuses pour ce secteur. «On ne verra jamais de porte-conteneurs dépendre à 100% du soleil tant la surface nécessaire de panneaux solaires serait grande, prévient Raphaël Domjan. Mais, avec notre prototype (ndlr: qui pèse 95?tonnes et peut accueillir 40?personnes à bord) , nous avons prouvé que cette technologie performante a un avenir commercial. Pour le transport de passagers, la pêche, ou la plongée sous-marine typiquement: on navigue une heure, on s’arrête, pendant ce temps, les batteries se rechargent et on repart.»

PlanetSolar a aussi planté des jalons en matière d’outils de navigation: la Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) a mis au point un logiciel de routage analysant l’ensoleillement, les courants, les vents et les marées pour optimiser l’itinéraire à suivre. Sa commercialisation est à l’étude.

L’avenir de la navigation solaire passera par la généralisation de bateaux hybrides. «Solaire-diesel, tant qu’il y aura des réserves de cette énergie fossile, puis, à terme, solaire-piles à combustible», imagine Jean-François Affolter, professeur à l’Institut d’énergie et systèmes électriques de la HEIG-VD. «Même sur un cargo, l’apport complémentaire de l’énergie solaire pourrait ne pas être marginal», estime Guy Wolfensberger.

Défi technologique Reste encore à améliorer l’efficacité des panneaux photovoltaïques. «Ils ont aujourd’hui environ 20% de rendement énergétique, mais, en laboratoire, certains modèles dépassent les 40%», poursuit le professeur. Voilà qui pourra peut-être doper les performances des gros bateaux solaires. Car, avec ses 5 nœuds de vitesse de croisière (moins de 10?km/h), le MS Tûranor PlanetSolar a une allure un rien poussive. Les lois de la physique viennent encore compliquer la tâche: le rapport puissance-vitesse d’un véhicule à hélices est une «fonction cubique». Autrement dit: «Pour doubler la vitesse du bateau, il lui faut huit fois plus de puissance», souligne Jean-François Affolter. ? (24 heures)

Créé: 01.05.2012, 23h00

Deux jours de fête sur le Rocher

Nul doute que le retour du MS Tûranor PlanetSolar à Monaco vendredi suscitera un emballement médiatique encore plus fort que lors de son départ, le 27 septembre 2010. Depuis son QG yverdonnois, l’équipe terrestre de l’expédition a mis sur pied deux jours de fête. Le public suisse est le bienvenu pour assister au franchissement de la ligne d’arrivée. Pour les intéressés qui ne peuvent se rendre dans la Principauté, ce moment-clé sera retransmis sur le site en direct dès 14 h. Ceux qui auront fait le voyage pourront visiter «Le village solaire», l’expo qui a suivi le catamaran au gré de ses étapes. Là, ils pourront assister au Solar Light Show, éblouissante animation d’une grande sphère de 6 m de diamètre alimentée par l’énergie solaire.
Côté privé se succéderont vendredi et samedi galas et cérémonies diverses en présence d’officiels suisses et monégasques, dont le prince Albert et son épouse, Charlène. Peut-être ceux-ci tomberont-ils sous le charme du groupe Sonalp. Les musiciens du Pays-d’Enhaut donneront en effet un concert «solaire» samedi soir, branchant leur sono sur les batteries du catamaran.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.