Plongée au cœur des conflits qui ont émaillé la Fête des Vignerons

FilmLe documentaire «Ora et Labora», tourné sur plus de six ans, met à nu les tensions du processus de création.

Daniele Finzi Pasca et François Margot, ici à la fin de la dernière représentation de la Fête des Vignerons.

Daniele Finzi Pasca et François Margot, ici à la fin de la dernière représentation de la Fête des Vignerons. Image: JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je préférerais que tu commences à avoir tellement peur que tu viennes examiner tous les détails!» Ce coup de gueule est signé Daniele Finzi Pasca. En mai 2018 déjà, il mettait en garde contre les écueils possibles du budget de la Fête des Vignerons, et sur les conséquences de l’absence d’un producteur capable d’identifier exactement les postes et les dépenses inconcevables pour quiconque n’est pas du métier. «Comme pour un mariage, on ne peut pas réaliser à la dernière minute que les fleurs manquent.»

En novembre 2018, le ton du créateur était encore plus ferme et accusateur: «J’aimerais qu’il soit écrit quelque part que lorsque le budget a été approuvé, je vous ai dit que c’était une erreur! [...] Quatre mois plus tard, il y a déjà 9% de plus! [...] On est dans une tempête! Il faut trois-quatre personnes pour prendre une série de décisions cruciales!» Le temps a donné raison au metteur en scène. Avec une première estimation d’une quinzaine de millions de pertes et même si les chiffres définitifs ne sont pas encore connus, le déficit sera très important. «Ce n’est pas dans le versant artistique qu’on a connu les plus gros dépassements», constate François Murisier, président du Conseil artistique.

Carte blanche

Les craintes financières existaient depuis longtemps. Voilà l’un des éléments du documentaire «Ora et Labora» (en référence à la devise de la Confrérie des Vignerons, «prie et travaille»). Pour ce film indépendant, les réalisateurs Daniel Bovard et Pierre-Yves Mingard se sont immiscés plus de 300 heures dans les secrets d’alcôve, disposant d’une carte blanche, à une exception près: «Daniele Finzi Pasca nous a demandé de poser la caméra une seule fois, lorsqu’il a passé une brossée aux auteurs romands.»

En plongée chronologique, sans ajout de voix off ni d’interviews, les réalisateurs ont mis l’accent sur la relation entre Daniele Finzi Pasca et l’abbé-président François Margot. Leurs cordiaux «mon ami» des débuts font place à des «Monsieur» au plus fort des tensions, visage presque blême du Tessinois, d’habitude si enjoué, souligné par les plans serrés.

Le créateur (dont les cheveux blanchissent au fil des mois) doit renoncer à certains tableaux. L’abbé tranche en dernier recours: «Sans porter ombrage au génie de Daniele, nous n’étions pas persuadés de la pertinence de certains éléments spectaculaires.»

Des tensions inhérentes à toute manifestation

«Les tensions résultent de l’organisation de n’importe quelle grosse manifestation. Si l’on avait tourné le même film sur Expo.02, celui sur la FeVi aurait paru fleur bleue», estime le directeur exécutif Frédéric Hohl.

Le documentaire montre qu’une des faiblesses du spectacle (la fin du «Ranz des vaches», où des spectateurs quittaient l’arène) est due à un compromis: Daniele Finzi Pasca voulait que les vaches sortent de scène avant la fin du chant, pour éviter une chute de tension due à une transition trop longue, ce qu’a refusé l’abbé.

Les réalisateurs n’ont voulu ni prendre parti ni juger «ces deux personnages extrêmement humains soumis à une pression incroyable». Pierre-Yves Mingard: «Le créateur est un enfant dans un magasin de jeux. Le producteur est la mère qui doit lui demander de choisir entre deux jouets. Ni l’un ni l’autre ne sont critiquables.» «En cela, ce film contient la dimension universelle de toute forme de création», souligne Daniel Bovard.

Irréconciliables

Au-delà des tensions avec l’abbé, le clash sans réconciliation est celui entre le Tessinois et les librettistes, en particulier Blaise Hofmann. «Tenez-les à distance de sûreté, affirme froidement Daniele Finzi Pasca. Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça dans notre métier.» Raisons de sa fureur: sans avoir averti qu’il prenait des notes pendant les séances de création en vue d’une publication, Blaise Hofmann a sorti un livre racontant ces coulisses.

De plus, lui et l’autre librettiste, Stéphane Blok, ont fait paraître les textes du spectacle en mai (pour les vendre au Salon du livre) avant le final cut du metteur en scène. L’abbé: «C’était une nécessité, pour la postérité et pour la compréhension du spectacle par le public.» Question de timing: peut-être aurait-il fallu simplement différer ces publications.

Créé: 18.12.2019, 08h22

A voir

«Ora et Labora», de Daniel Bovard et Pierre-Yves Mingard, ce mercredi à 23h20 sur RTS1 (et en replay).

Articles en relation

La Fête des Vignerons en sons ou en images

Lire, écouter, voir Jérôme Berney et Valentin Villard font vivre leurs belles notes sur CD. Et la RTS a édité 3 DVD. Plus...

Des photos par dizaines pour revivre la Fête des Vignerons

Portfolio À peine sorti, le «Livre souvenir officiel» du grand rendez-vous 2019 fait déjà un carton. Plus...

Les costumes de la FeVi: trop souvent sortis?

Vevey Les figurants de la Fête des Vignerons continuent de revêtir leur ancien costume de parade. Une habitude qui n’enchante pas la Confrérie. Plus...

Où sont passés les millions de la Fête des Vignerons?

Vevey La manifestation fut belle mais l’addition est salée: la Confrérie a annoncé 15 millions de déficit. Pistes d’explications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.