Le PLR vaudois se cherche un nouveau pilote

PolitiqueFrédéric Borloz lâchera la présidence en avril 2018. Le parti cherche activement des candidats.

Frédéric Borloz s’apprête à passer le témoin après cinq ans à la tête des libéraux-radicaux et un été bien occupé.

Frédéric Borloz s’apprête à passer le témoin après cinq ans à la tête des libéraux-radicaux et un été bien occupé. Image: Jean-Bernard Sieber / ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En juillet, on se demandait s’il y avait encore un pilote dans l’avion. Le Parti libéral-radical (PLR) vaudois semblait être mené au gré des vents, avec deux candidatures publiquement déclarées pour le Conseil fédéral – celles de Jacqueline de Quattro et d’Olivier Français – alors que la très attendue Isabelle Moret n’avait pas encore abattu ses cartes. «Cela n’avait rien de désordonné, c’est la méthode que nous avions choisie en juin», se défend le président du parti, Frédéric Borloz. «Contrairement à d’autres cantons, nous ne voulions pas museler les autres candidats potentiels et il s’agissait de nous donner le temps de la décision. Au final, cela nous a apporté de la visibilité», ajoute-t-il, en s’autodécernant un satisfecit au passage.

«Contrairement à d’autres cantons, nous ne voulions pas museler les autres candidats potentiels et il s’agissait de nous donner le temps de la décision»

L’épisode a en tout cas mis le président cantonal sur la sellette, forcé de monter au front pendant des semaines. «Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’été est chaud, en tout cas pour moi», avouait Frédéric Borloz lors de la rentrée politique du PLR, ce mardi à Chardonne (lire ci-contre). Un président qui serait même «en surchauffe», selon certains élus.

Chef de file du parti cantonal, président des Transports publics du Chablais et de ChablaisAgglo, Frédéric Borloz cumule la syndicature d’Aigle avec son mandat de conseiller national depuis 2015. Il a, en plus, repris au début de l’été le dicastère de la police en raison de la mise à l’écart du municipal P.R., soupçonné d’infractions économiques. Trop pour un seul homme? «Objectivement, il n’y a rien à reprocher à notre syndic, mais personne ne sait comment il fait pour gérer tout cela», avoue un élu aiglon.

«Emploi du temps chargé»

«J’aime le travail», plaisante l’intéressé. Il reconnaît toutefois avoir un emploi du temps chargé. «D’autant que mon style de présidence est assez impliqué: j’aime suivre les dossiers et prendre des décisions.» Frédéric Borloz avait déjà remis en jeu sa casquette de président en 2015. Cette fois, c’est décidé, il la lâchera pour de bon au congrès d’avril 2018. Premier président du PLR vaudois après la fusion des libéraux et des radicaux en 2012, il s’était lancé à fond dans le mandat. D’aucuns se souviennent de son premier rapport de président: cinquante-deux minutes au micro. Puis il a rempilé pour les élections fédérales, les communales et les cantonales.

A l’heure où le PLR vaudois fourbit ses armes pour une nouvelle législature lors de laquelle les rapports s’annoncent plus tendus entre la gauche du Conseil d’Etat et la droite du Grand Conseil, il est temps de passer le témoin. Officiellement, des «discussions à l’interne» seront lancées en septembre. Mais la question est déjà largement abordée au sein du parti.

«L’époque où une présidence honorifique pouvait se reposer sur un secrétariat général est révolue»

Quel profil pour le job? Idéalement «un député ou quelqu’un qui serait épaulé par des députés pour suivre la politique cantonale», estime Frédéric Borloz. Quelqu’un qui n’ait «pas peur de s’exposer» pour un salaire de «quelques milliers de francs qui ressemble plutôt à un défraiement». Bref, il faut avoir envie. Une telle fonction «est lourde, car on attend aujourd’hui d’un président national qu’il incarne son parti et cette tendance s’est transposée à l’échelon cantonal, commente l’historien politique Olivier Meuwly. L’époque où une présidence honorifique pouvait se reposer sur un secrétariat général est révolue.» Exigeant, le poste pourrait convenir à une personne qui vise un autre poste en politique.

Grégory Devaud y pense

Vice-président du PLR vaudois, le député Mathieu Blanc ne se sent pas attiré par un tel défi et il l’a déjà dit à son parti. L’avocat lausannois nourrit «une ambition politique moins forte» depuis sa candidature malheureuse à la Municipalité.

Florence Gross, d’Epesses, l’autre vice-présidente, fait ses premiers pas en tant que députée. Elle ne dit pas non, «mais le moment n’est pas forcément très opportun pour moi». Présent mardi à Chardonne, le président des Jeunes libéraux-radicaux, Loïc Hautier, du haut de ses 23 ans, estime prématuré d’y penser: «Ce serait présomptueux de ma part.»

Et si un Aiglon succédait à un autre? Grégory Devaud, qui vient d’achever son année de présidence du Grand Conseil, ne ferme pas la porte: «Je n’y ai pas vraiment réfléchi, mais pourquoi pas. Cela fait partie des choses dont nous allons discuter à l’interne ces prochaines semaines.» Les candidatures sont ouvertes.

Créé: 16.08.2017, 07h09

Le parti bombe le torse pour les cinq ans à venir

Frédéric Borloz, président du Parti libéral-radical (PLR) et conseiller national, l’a bien répété mardi, dans la cour du collège de Chardonne: «C’est notre première rentrée politique de cette nouvelle législature.» Sous-entendu: il faut donner le ton pour les cinq prochaines années, alors que le PLR, l’UDC et les Vert’libéraux veulent consolider leur alliance née aux élections cantonales.

Le PLR met en avant deux objectifs principaux pour l’année à venir: voir baisser la facture sociale et la charge fiscale pour les personnes physiques.

Le parti promet ainsi que la droite, majoritaire au Grand Conseil, fera du rentre-dedans face à la gauche, majoritaire au Conseil d’Etat.
Si la droite s’était abstenue de toucher au budget de l’Etat de Vaud depuis plusieurs années, pour ne pas froisser son conseiller d’Etat Pascal Broulis, ses députés – promettent-ils – pourraient se revigorer pour le budget 2018 en décembre. «Si nous ne sommes pas entendus, nous sommes prêts à le faire», a expliqué Marc-Olivier Buffat, le chef du groupe PLR au Grand Conseil. «Je le dis devant le conseiller au Trésor.» Référence à Pascal Broulis, assis au premier rang du public lors de la conférence de presse.

Ce qui fait tiquer le PLR, c’est que le social représente désormais 28,75% des dépenses de l’Etat de Vaud, devant la formation (28,70%), selon le budget 2017 du Conseil d’Etat. Pour diminuer les coûts du social, le parti propose sept mesures, pas forcément toutes très détaillées pour l’instant. Parmi elles, on trouve notamment le principe de remboursement de l’aide sociale, celui de «prestations contre prestations» (où les bénéficiaires de l’aide sociale effectueraient des travaux d’intérêt public) et encore l’idée d’une loi pour empêcher l’argent de l’aide sociale de partir à l’étranger ou d’être utilisé à des fins «non nécessaires». Un exemple? L’achat de cigarettes, à en croire Marc-Olivier Buffat.

Question impôts, le PLR mise sur une nouvelle recette, concoctée par les Jeunes libéraux-radicaux dans leur initiative «Une baisse d’impôts pour la classe moyenne»: jouer avec les déductions fiscales pour les personnes physiques. «La classe moyenne subit une pression fiscale trop importante. Nous voulons éviter de concentrer l’imposition sur les mêmes personnes», déclare la députée et vice-présidente du PLR Florence Gross. «Parmi les bénéficiaires de déductions potentielles, il y a par exemple les proches aidants, que ce soit des parents ou des enfants. Ils ne sont pas assez pris en considération.»

Par contre, le PLR refuse l’idée d’une baisse générale du taux d’imposition des personnes physiques. «Ce serait plutôt les hauts revenus qui bénéficieraient d’une baisse générale, et non pas la classe moyenne», note Marc-Olivier Buffat.

Mathieu Signorell

Articles en relation

Isabelle Moret: «Ce qui me distingue? La maîtrise des dossiers»

Succession de Didier Burkhalter A 46 ans, la conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret se lance dans la course au Conseil fédéral. En prenant soin de ne pas attaquer ses concurrents, elle assume ses ambitions. Plus...

La candidate Isabelle Moret fait l’unanimité au PLR Vaud

Election Après le Tessinois Ignazio Cassis et le Genevois Pierre Maudet, l’avocate de Yens-sur-Morges est aussi sur les rangs pour succéder à Didier Burkhalter. Plus...

«Pour un parlementaire, il est légitime de s'intéresser au gouvernement»

Conseil fédéral Après Jacqueline de Quattro, Olivier Français sort du bois pour succéder à Didier Burkhalter. Frédéric Borloz, président du PLR vaudois, commente la situation. Plus...

Elus à Berne, les deux syndics veulent rempiler

Politique Frédéric Borloz et Laurent Wehrli quitteront le Grand Conseil. Mais ils visent un nouveau mandat à la syndicature d’Aigle et de Montreux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...