La poisse inouïe qui a tué un cyclomotoriste

JusticeAutomobiliste condamné à Lausanne pour avoir oublié que les cycles et assimilés ont le droit de dépasser par la droite une file ralentie.

Le Tribunal de police de Lausanne a reconnu coupable d'homicide par négligence un automobilistes qui n'avait pas remarqué un cyclomotoriste le dépassant par la droite

Le Tribunal de police de Lausanne a reconnu coupable d'homicide par négligence un automobilistes qui n'avait pas remarqué un cyclomotoriste le dépassant par la droite Image: Jean-Paul Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une poisse incroyable. C’est l’impression qui plombait lundi le procès à Lausanne d’un automobiliste jugé pour homicide par négligence à la suite du décès d’un cyclomotoriste. Reconnu coupable malgré ses dénégations, ce retraité a écopé de 60 jours-amendes avec sursis.

L’accident remonte à un après-midi d’octobre 2017, au carrefour de la place Chauderon. Un automobiliste venant de Prilly choisit la présélection de gauche pour s’engager sur l’avenue de Beaulieu. Il perd patience dans la colonne, décide de changer de voie, de prendre celle de droite en direction du pont Chauderon. Il tourne les roues vers la droite, déboîte légèrement de la file. «À ce moment-là j’ai entendu le bruit d’un cyclomoteur qui se rapprochait rapidement, explique-t-il. Alors j’ai tourné les roues vers la gauche pour reprendre ma place.» Et c’est le drame.

Le deux-roues qui remonte la file par la droite ne parvient pas à éviter le véhicule qui déborde encore du marquage entre les voies. La roue avant du cyclomoteur s’encastre entre l’aile avant droite et la roue avant droite tournée vers la gauche. Le conducteur est projeté en l’air. Il retombe lourdement quelques mètres plus loin. Grièvement blessé, ce sexagénaire décède le soir même au CHUV.

«Je n’ai pas commis de faute. Je n’ai pas vu ce vélomoteur, ni dans mon rétroviseur ni en tournant la tête. J’ai juste entendu le bruit de son moteur.» Cet homme a vainement plaidé non coupable face à une situation selon lui imprévisible. Son avocat a tout aussi vainement tenté d’expliquer que le deux-roues avait la place nécessaire pour faire un écart et éviter la collision.

Le procureur Jérémie Müller a rappelé que la loi autorise les cycles et assimilés à dépasser par la droite une file arrêtée ou qui avance lentement.

Me Pierre-Yves Baumann, au côté de la veuve de la victime, a prédit que d’autres drames de ce genre risquent hélas de se produire avec les vélos électriques qu’on n’entend pas arriver. Car si la topographie lausannoise n’incitait jusqu’à présent guère les vélos à rouler suffisamment vite pour dépasser par la droite, le pédalage assisté va changer la donne. (24 heures)

Créé: 23.04.2019, 18h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.