L’éreintante première journée de Monsieur Aquatis

LausanneL’ouverture du plus grand aquarium d’eau douce d’Europe en compagnie de Bernard Russi, promoteur du concept.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec son costume bleu roi et sa pochette fuschia, Bernard Russi ne passait pas inaperçu, samedi matin, à l’ouverture d’Aquatis. D’autant que l’homme a tourné dans les étages de la cité de l’eau douce comme une hélice toute la journée.

PDG du groupe Boas et promoteur du plus grand aquarium-vivarium d’eau douce d’Europe, il a les traits tirés. On sent que la dernière ligne droite a été harassante. Mardi dernier, alors que l’endroit comptait plus d’ouvriers que de poissons, il avait promis que la plupart des aquariums seraient pleins pour l’inauguration. Après un sacré coup de collier et un travail jour et nuit, force est de constater qu’il a tenu parole.

Images : Patrick Martin

Après dix-sept ans d’attente et une ouverture plusieurs fois reportée, c’est tout sourire qu’il se tient devant la porte d’entrée de «son» aquarium. Quelques minutes avant l’entrée du public, il dégaine son smartphone, multiplie les photos. Et vient saluer Edith Gonzalez et Miguel Valle, les premiers visiteurs officiels d’Aquatis. Habitant Lausanne, le couple n’a pourtant pas hésité à dormir à l’Aquatis Hotel pour être sûr d’être les premiers. Pour le plus grand plaisir de l’homme d’affaires qui a recentré ses activités sur l’exploitation hôtelière. Ainsi que d'une équipe de télévision de la chaîne monégasque TMC, ravie de suivre les deux premiers visiteurs pour son reportage en terre vaudoise.

Rassurer la gent féminine
A l’ouverture des portes, à 9h, le promoteur entame son marathon. En deux heures, il effectuera au moins une dizaine de tours d’Aquatis. Dans les couloirs tamisés, sous les aquariums colorés, il guette les réactions, écoute les commentaires. La magie semble opérer. Le public est ravi et, signe que c'est la matinée des grandes premières à Aquatis, les employés et les responsables des lieux prennent autant de photos que ceux qui découvrent l'endroit.

L’ensemble ayant belle allure malgré l’eau encore trouble de certains bassins et l’absence de plusieurs poissons parmi les 10'000 prévus, les premiers retours sont positifs. «Avoir réuni une telle quantité d'écosystème en un seul endroit est une vraie réussite. C'est unique», s'enthousiasme le Nyonnais Richard Keller, visiblement habitué de ce genre d'endroits. Bernard Russi est ravi. Les miroirs encastrés dans le sol qui reflètent des maquettes fixées à l’envers au plafond (montagnes, paysages ou un bateau filant sur le Léman) sont bluffants. On a l’impression de voler.

Mais une visiteuse évite d’enjamber les miroirs et annonce sa crainte: qu’un indélicat en profite «pour regarder sous les jupes». Bernard Russi a entendu la remarque. Et confie: «Nous y avons pensé aussi. Pour l’éviter, l’intensité des lumières a été fortement baissée, les jeux de miroirs n’en sont que meilleurs.»

La prise du pouls du public amènera aussi le boss à réaliser que le son qui distille explications scientifiques et commentaires au gré de la visite est quasi inaudible. De quoi prévoir de futurs ajustements.

Entre la serre tropicale et les crocodiles sacrés, qui attirent comme des aimants, le promoteur en vient ensuite à évoquer l’une des principales polémiques de ces dernières semaines: le prix du billet, 29 francs par adulte. «Nous avons peut-être communiqué les chiffres un peu tôt. Nous aurions dû attendre que les gens voient réellement ce qu’est Aquatis, car le concept ne se réduit pas à trois aquariums. Aquatis comprend un projet didactique et scientifique. Sans compter la mise en scène digne du cinéma, qui a coûté des millions.»

Manifestation antispéciste
La matinée de Bernard Russi se poursuit à l’extérieur. Micro cravates en place et face caméra, il enchaîne les interviews et évoque des réactions et un public ravis.

Mais à quelques mètres, une cinquantaine de militants antispécistes manifestent contre le concept que vante Russi à une télévision française. Brandissant des pancartes «Aquatriste», «Rendez-nous Nemo», les manifestants entendent dénoncer «l’exploitation d’animaux à des fins lucratives».

«Ils se trompent de cible. Aquatis possède beaucoup de poissons qui sont en voie de disparition», rétorque Bernard Russi qui rentre dans le bâtiment, destination les aquariums. Le marathon se poursuit.

A voir aussi: Notre visite d'Aquatis

Créé: 21.10.2017, 15h23

Départ sur les chapeaux de roues

A l’heure d’un premier bilan, dimanche sur le coup de 17 h, Angélique Vallée-Sygut, directrice d’Aquatis, est ravie. Et pour cause, l’affluence du week-end a dépassé tous les pronostics faits à l’interne. «Nous avons enregistré 2500 entrées samedi et 3990 à deux heures de la fermeture. Nous allons donc boucler le premier week-end avec plus de 6500 entrées. Corollaire de cette forte affluence, la boutique a été dévalisée.

Ce premier week-end a aussi servi à détecter les problèmes de jeunesse d’Aquatis. La signalétique doit être revue et le scénographe reviendra dès lundi plancher sur les problèmes de son, notamment.

Articles en relation

Le Musée du Léman devra vivre avec la concurrence

Nyon Alors qu’Aquatis ouvre samedi, l’institution est sereine. Elle se rappelle comment ses aquariums ont dopé sa fréquentation. Plus...

[VIDÉO] Aquatis s’active pour ses poissons

Lausanne L’aquarium est lancé dans une course contre la montre afin d’être prêt samedi pour l’ouverture au public. Plus...

A Aquatis, on apprête lotte et agneau face aux poissons d’eau douce

Le coup de fourchette Le restaurant qui fait face au nouvel aquarium d'eau douce revisite le terroir et cuisine des poissons de mer Plus...

[VIDÉO] Un spinosaure toutes dents dehors à Aquatis

Lausanne Aquatis a dévoilé jeudi son attraction phare: un spinosaure articulé grandeur nature. Plus...

Aquatis demande à ses futurs visiteurs de nommer ses résidents

Faune Un garpique alligator que l'on pourra voir à Aquatis sera prénommé par les internautes. Avant lui, un crocodile sacré né en captivité a été baptisé "Sobek". Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...