Police, ambulances et pompiers ont dû ruser face à la panne de Swisscom

SécuritéLa coupure a aussi touché les centrales des secours. Une vingtaine de missions ont tout de même eu lieu.

La police et les ambulances ont mis en place leur solution de secours: passer par un téléphone portable plutôt que par les numéros d’urgence 117 et 144.

La police et les ambulances ont mis en place leur solution de secours: passer par un téléphone portable plutôt que par les numéros d’urgence 117 et 144. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il était près de minuit, mardi soir, quand la police cantonale vaudoise a émis un message bien particulier sur ses réseaux sociaux: les numéros d’urgence 112, 117 et 144 étaient hors service. Impossible donc d’atteindre la police et les ambulances. Seule solution: utiliser le numéro de téléphone portable (un 079) indiqué ce soir-là par la police. Quant au 118 des pompiers, il n’a pas été affecté car son système informatique est différent.

De nombreux autres services d’urgence cantonaux ont connu le même problème à travers tout le pays. Pourquoi ce bug? À cause de la panne importante qui a touché le réseau Swisscom entre 22h30 et 0h10. D’où la parade de passer par un téléphone portable dans le canton de Vaud.

«Ce dérangement est dû à des travaux de maintenance planifiés, durant lesquels plusieurs erreurs humaines se sont produites», indique Alicia Richon, porte-parole de Swisscom. Le géant bleu promet d’analyser la situation et l’Office fédéral de la communication (Ofcom) annonce déjà des investigations, une précédente panne de grande envergure ayant déjà eu lieu à mi-janvier.

Appels via les pompiers

Le numéro de portable communiqué par la police cantonale mardi ne doit toutefois plus être utilisé maintenant que la situation est revenue à la normale. «Ce téléphone portable de secours est en permanence situé dans notre centrale», explique Pascal Fontaine, l’un des porte-parole de la police cantonale vaudoise. «Par chance, aucun appel n’est parvenu par cette ligne. Mais en temps normal il n’est pas garanti qu’un collaborateur de la centrale y réponde.»

La police a tout de même compté une douzaine d’interventions durant la panne, tandis que les ambulances en ont dénombré une dizaine, selon Jean-Christophe Sauterel, chef de la communication de la police cantonale. «Quant à la centrale 118 des pompiers, elle a reçu une vingtaine d’appels, mais il n’y a pas eu d’intervention des pompiers pour autant, ajoute-t-il. Sur ce nombre, quatre appels étaient destinés à la centrale du 144 et un pour le 117. N’arrivant pas à atteindre le 117 et le 144, les gens ont en effet appelé le 118.»

La PCi en cas de crise

La situation de la nuit de mardi à mercredi n’a en l’occurrence touché qu’un opérateur téléphonique et seulement les communications qui passaient par internet. Mais que se passerait-il si l’ensemble du réseau téléphonique tombait en rade? C’est la Protection civile (PCi) qui interviendrait, selon Denis Froidevaux, chef de l’État-major cantonal de conduite (EMCC).

«Nous pourrions délocaliser des moyens d’alarme mobile sur le terrain et la population pourrait s’adresser à eux en cas d’urgence», ajoute-t-il. En gros, des véhicules de la PCi équipés de radios se posteraient un peu partout dans le canton. Il faudrait cependant plusieurs heures pour mettre en place ce dispositif.

«L’extraordinaire dépendance au numérique et la digitalisation complète de la société nous amène une sorte de fragilité, qui est démontrée quand un opérateur téléphonique tombe en panne, ajoute Denis Froidevaux. On est au cœur de la question de la dépendance technologique. Il faut que la population le sache, alors que beaucoup partent du principe que ces moyens sont acquis pour l’éternité.»

Créé: 12.02.2020, 20h08

Articles en relation

«Elle est morte pendant que je lui parlais»

Sécurité Les régulateurs des centrales d'urgence de la police, des pompiers et des ambulances affrontent des appels au secours et des récits durs à entendre. Que vivent-ils et comment tiennent-ils le choc? Plus...

La rue Centrale bloquée par un matelas antichute

Lausanne L'important dispositif a été levé et la rue Centrale devrait être prochainement rouverte. Plus...

Un magasin prend feu à Clarens

Faits divers L'incendie, maîtrisé par les pompiers, s'est déclaré tôt ce mercredi matin. Plus...

Les pompiers s’engagent deux fois moins longtemps

Montreux Le syndic, Laurent Wehrli, a participé à une conférence sur la protection publique. Il y a parlé des défis du futur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.