Passer au contenu principal

La Police déjugée après avoir confisqué des armes

La police cantonale a retiré définitivement son arsenal à un homme qu’elle croyait dangereux, mais «elle n’a pas respecté les règles légales».

KEYSTONE

Mars 2016 dans une entreprise de la Riviera, Hadrien* est contrarié. Il présente des sautes d’humeur violentes et s’en prend verbalement à ses collègues et ses chefs. Le jeune ingénieur, né en 1988, se vante même de posséder des armes à feu à la maison. Pratiquant régulier de tir en stand, il détient dix fusils et six pistolets. L’ambiance est d’autant plus tendue au travail que la responsable des ressources humaines doit annoncer à Hadrien son licenciement. Elle appelle Police Riviera qui intervient dans les locaux de la société le 13 avril.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.