La police ne taira pas la nationalité des gens qu'elle interpelle

LausanneLa Ville ne changera pas sa pratique, malgré deux résolutions adoptées par le Conseil communal en janvier dernier.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux résolutions du Conseil communal de Lausanne adoptées en janvier n’y auront rien changé. La Municipalité informe qu’elle continuera à indiquer la nationalité des personnes interpellées par la police. Une réunion entre les communicants de la police cantonale vaudoise, de la police municipale et le Ministère public a débouché sur cette décision. «À cette occasion, le procureur général n’a pas souhaité s’éloigner de la doctrine posée par la Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse», explique le syndic Grégoire Junod dans un communiqué.

C’est dans le cadre du traitement d’une interpellation déposée par l’élue socialiste Thanh-My Tran-Nhu que le Conseil a adopté ces deux résolutions. Dans la première, les élus souhaitaient que la Municipalité intervienne directement ou indirectement au sein de la Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse (CCPCS) pour qu’il ne soit «plus systématiquement» fait mention de la nationalité des personnes interpellées dans les communiqués de la police municipale. Dans la seconde, ils demandaient que la Municipalité veille «à la rigueur» des communiqués de sa police.

Pour Lausanne, et pour ce qui est des affaires pénales, c’est le Ministère public qui «approuve» ce qui figure dans un communiqué de la police lausannoise. Il en fixe les règles. Ainsi, la recommandation de la CCPCS stipule, pour l’information aux médias, que «l’âge et la nationalité des personnes soupçonnées et des victimes sont communiquées». Depuis 2017, la police de Zurich n’indique plus systématiquement la nationalité des personnes interpellées. Une décision qui vise à éviter de renforcer les préjugés ou la xénophobie d’une partie de la population. De son côté, la CCPCS légitime la pratique en vigueur pour ne pas cacher des informations à la population, au risque de renforcer les ressentiments.

Créé: 15.07.2019, 16h41

Articles en relation

Des policiers vaudois armés de minicaméras embarquées

Sécurité Seize agents pourront filmer leurs interventions dans le cadre d’un projet pilote de six mois. Plus...

Nouveau commandant pour la police de Lavaux

Nomination Raphaël Cavin, capitaine à la Police Nord vaudois, remplacera Eugène Chollet à la tête de l’APOL. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...