Passer au contenu principal

«Nous sommes les porte-drapeaux de cette nouvelle arme contre le VIH»

Disponible en Suisse depuis 2016, la PrEP, une pilule préventive anti-VIH, fait toujours plus d’adeptes, notamment dans la communauté gay. Rencontre avec des utilisateurs vaudois.

Sous PrEP depuis 2016, Steven Derendinger (à g.) et Laurent Buffler (à dr.) font partie des pionniers de ce nouveau traitement préventif anti-VIH dans le canton de Vaud.
Sous PrEP depuis 2016, Steven Derendinger (à g.) et Laurent Buffler (à dr.) font partie des pionniers de ce nouveau traitement préventif anti-VIH dans le canton de Vaud.
Vanessa Cardoso

Comme tous les jours à 11 heures, Laurent Buffler reçoit un rappel sur son portable. Il est temps d’avaler son traitement, une petite pilule bleue dans laquelle se concentrent deux antirétroviraux. Cet ingénieur informatique homosexuel de 38 ans est pourtant en parfaite santé. Et c’est pour le rester qu’il a fait le choix, il y a deux ans, de se mettre sous PrEP (abréviation anglaise de «prophylaxie préexposition»), un nouveau traitement préventif empêchant toute infection par le VIH, virus responsable du sida. «Je suivais depuis longtemps ce qui se faisait dans le domaine de la lutte contre cette maladie, explique le Lausannois. Notamment aux États-Unis, où la PrEP, utilisée depuis 2012, avait déjà fait ses preuves.» Alors, quand Checkpoint Vaud, centre de santé destiné aux gays et aux transgenres, a commencé à la prescrire en 2016, il n’a pas hésité une seconde.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.