Poursuites abandonnées contre le groupe Orllati

Bioley-OrjulazL'enquête menée par le Ministère public n'a pas révélé d'atteintes à l'environnement. L'affaire est classée. L'auteur des lettres anonymes reste recherché

Basées à Bioley-Orjulaz dans le Gros-de-Vaud, les entreprises du groupe Orllati sont notamment actives dans les domaines de la démolition, du terrassement et des forages (image d'illustration).

Basées à Bioley-Orjulaz dans le Gros-de-Vaud, les entreprises du groupe Orllati sont notamment actives dans les domaines de la démolition, du terrassement et des forages (image d'illustration). Image: PATRICK MARTIN - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Aucun élément ne corrobore l’accusation selon laquelle les entreprises dénoncées contreviendraient de manière systématique et organisée à la législation sur la protection de l’environnement (…). Les vérifications effectuées font au contraire apparaître que les entreprises du groupe Orllati s’efforcent de respecter les exigences légales (…) et notamment que la documentation concernant chacun des chantiers est tenue avec rigueur et précision.»

Après plusieurs mois d’enquête, une perquisition et des sondages dans les sols concernés, le Ministère public est arrivé à la conclusion que la dénonciation déposée le 15 juillet 2016 contre le groupe basé à Bioley-Orjulaz, dans le Gros-de-Vaud, était infondée (nos éditions des 1er décembre 2016 et 2 février dernier). Il a donc classé l’affaire.

Pour mémoire, l’enquête portait sur l’éventuelle présence de déchets inertes, non biodégradables (tuiles, verre, béton, mortier, laine de verre), qui auraient été mêlés à des matériaux d’excavation (roche, terre) avant d’être déposés dans un secteur qui ne leur est pas destiné.

«Cette décision de justice prouve que le groupe Orllati a fait l’objet d’une campagne délibérée de diffamation»

Par la voix de son chargé de communication, Marc Comina, ledit groupe a réagi en fin matinée: «Cette décision de justice prouve que le groupe Orllati a fait l’objet d’une campagne délibérée de diffamation visant à saper la réputation d’un concurrent par des moyens déloyaux et illégaux.» Après analyse de l’ordonnance de classement, le groupe prendra donc «les mesures qui s’imposent pour que les instigateurs de cette sordide opération de dénigrement assument leur machination devant les tribunaux».

A ce propos, le procureur Christian Buffat confirme que suite à la mise en cause de la cheffe du Département de la sécurité et de l’environnement, Jacqueline de Quattro, le Conseil d’Etat a finalement bien déposé une dénonciation pénale visant à identifier le ou les auteurs de plusieurs courriers anonymes envoyés aux institutions et aux médias. Chargé également d’instruire ce volet du dossier, le procureur explique que les investigations se poursuivent, mais qu’il ne peut donner plus de détails pour ne pas compromettre la procédure en cours.

Sauf apparition d’éléments nouveaux, tout recours contre la décision de classement est impossible (24 heures)

Créé: 23.05.2017, 10h05

Articles en relation

Foire d’empoigne dans le lavage des terres polluées

Chantiers Des lettres anonymes circulent dans le contexte d’une situation de forte concurrence entre deux projets à Bioley-Orjulaz et à Eclépens. Le Conseil d’Etat annonce qu’il va saisir la justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...