Comment le président du parlement a été condamné

Affaire RavenelYves Ravenel veut se montrer transparent. Il dévoile à «24 heures» sa condamnation pour menaces qualifiées et tentatives de menaces qualifiées envers sa femme.

Depuis début janvier, le premier citoyen vaudois est pris dans la tourmente après une condamnation pénale pour menaces qualifiées et tentatives de menaces qualifiées envers sa femme.

Depuis début janvier, le premier citoyen vaudois est pris dans la tourmente après une condamnation pénale pour menaces qualifiées et tentatives de menaces qualifiées envers sa femme. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Yves Ravenel conteste énergiquement sa condamnation pénale. Il ne reconnaît qu'avoir cassé avec un balai des ampoules se trouvant à l'extérieur de la maison de sa femme en janvier 2019. Pourtant, lundi, il a annulé son opposition contre cette condamnation, la faisant entrer en force. Après les appels à la démission venant de la gauche de l’hémicycle, Yves Ravenel dira mardi aux députés s’il reste ou pas à la présidence du parlement. Voici les principaux passages de cette décision judiciaire, les faits et les appréciations de la procureure Marjorie Moret. Pour Yves Ravenel, ce document montre notamment qu'il n'a pas été physiquement violent envers sa future ex-épouse.

Mme Ravenel était aussi la voisine du premier citoyen vaudois: elle vivait dans la maison située à une dizaine de mètres de la sienne. Les faits retenus se déroulent en deux temps. D’abord, un jour de septembre 2016, Yves Ravenel a menacé son épouse, en instance de divorce, «en lui déclarant «qu'un jour, il allait la tuer si elle continuait ses démarches sur les questions financières du divorce», précise l'ordonnance. [...] Ce comportement doit être qualifié de menace grave au sens du code pénal. Toutefois, seule la tentative sera retenue, [sa femme] ayant précisé qu'elle n'avait, sur le moment, pas été alarmée ou effrayée.»

Ensuite, l'ordonnance détaille l’épisode du balai et des ampoules: «Alors qu'il était très énervé en raison des lumières extérieures allumées chez [sa femme], Yves Ravenel a cassé violemment, à l'aide d'un balai, les appliques et les ampoules de ces lumières sur la terrasse et au-dessus de la porte d'entrée de la maison de [sa femme], laquelle, apeurée, se trouvait à son domicile, au niveau de la porte-fenêtre, à environ un mètre de lui. Avant de quitter les lieux, Yves Ravenel a lancé ledit balai dans la direction de son épouse, objet que cette dernière a pu éviter et qui a ·terminé sa course dans la cuisine de la lésée» [...] «Le soir en question, Yves Ravenel a été décrit comme étant hystérique, hors de lui et a cassé avec violence les appliques des lumières de la maison occupée par la plaignante. Cette dernière se trouvait à environ un mètre de lui, effrayée.»

Tant sa mère, Marinette Ravenel , que la plaignante ne l'avaient jamais vu dans un état pareil. Au vu des circonstances et même si son mari dont elle vit séparée ne s'en était jamais pris physiquement à elle, [sa femme] pouvait raisonnablement et objectivement penser, et ceci sans avoir besoin de souffrir de troubles psychiques, qu'Yves Ravenel, au vu de son état, allait s’en prendre physiquement à elle. Enfin, le fait que le prévenu, qui hurlait, a, avant de quitter les lieux, lancé son balai en direction de son épouse dont il vit séparé, ce qu'il conteste, a accentué ce sentiment de menace grave.» [...] La procureur retient enfin que [sa femme] «s'est sentie menacée et a eu une crise d'angoisse le soir du 20 janvier 2019.»

Rappelons que la procureure Marjorie Moret a infligé à Yves Ravenel 60 jours-amende à 80 fr. et 960 fr. d’amende. Il aura aussi à payer 4866 fr. en frais de procédure et indemnité à la partie adverse.

Créé: 10.01.2020, 06h59

Articles en relation

«Mme Ravenel a vraiment pensé que son mari était un danger pour elle»

Affaire Ravenel Le Ministère public a admis la version de la future ex-épouse d’Yves Ravenel, souligne son avocate, Mireille Loroch. Plus...

Le président du Grand Conseil prié de renoncer à sa fonction

Politique La condamnation pour menaces qualifiées envers son épouse de la part de l’UDC Yves Ravenel entache son rôle de représentation des autorités vaudoises. Plus...

La gauche parlementaire demande la démission d'Yves Ravenel

Présidence du Grand Conseil Socialistes, Verts et gauche radicale ont exprimé leur indignation ce mardi après-midi après avoir appris la condamnation de l'UDC pour menace qualifiée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...