Passer au contenu principal

Les présidentes croisent le fer lors de la Journée des communes

L’État et les communes ont encore du boulot pour s’entendre sur la répartition financière.

La présidente du Conseil d’État Nuria Gorrite (à gauche) et la présidente de l’UCV Claudine Wyssa (à droite).
La présidente du Conseil d’État Nuria Gorrite (à gauche) et la présidente de l’UCV Claudine Wyssa (à droite).
ARC/Jean-Bernard Sieber

Bavois a accueilli la Journée des communes, samedi. Un événement inscrit au patrimoine immatériel du canton de Vaud. Avant la ripaille et la Fête au village, l’Union des communes vaudoises (UCV) a tenu, le matin, sa 109e assemblée générale. Les relations entre le Canton et les communes n’ont jamais été une longue roucoulade. Mais la décision unilatérale du gouvernement d’anticiper la réforme vaudoise de l’imposition des entreprises (RIE III) dès 2019 génère un impact financier non prévu sur les communes. Ces dernières demandent des compensations. Pour l’instant, les deux échelons institutionnels n’ont réussi qu’à s’engueuler à ce sujet. Samedi, la délégation du Conseil d’État (les socialistes Cesla Amarelle et Pierre-Yves Maillard étaient absents) ne se déplaçait donc pas en terrain conquis.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.