Passer au contenu principal

Le problème des migrants sans abri éclate au grand jour

Le campement qui s’est formé dans le jardin du Sleep In de Renens révèle une réalité qui sort des écrans radars.

Les campeurs du Sleep In de Renens sont parfois en Suisse depuis à peine quelques jours.
Les campeurs du Sleep In de Renens sont parfois en Suisse depuis à peine quelques jours.
Odile Meylan

«J’ai fait une demande d’asile, mais elle a été refusée. Après trois mois dans un abri PCi à Lausanne, ils m’ont dit qu’ils viendraient me chercher pour m’expulser. Alors je suis parti.» Emmanuel* vient du Nigeria et fait partie des quelque 50 à 70 migrants, principalement africains, qui occupent un campement sauvage au Sleep In de Renens.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.