Les proches aidants volent au secours de leurs pairs

SantéDes bénévoles proposent soutien, conseils et permanence téléphonique.

Madeleine Salomon a cessé son activité en 2007 pour s’occuper de son papa et lui permettre de rester à la maison.

Madeleine Salomon a cessé son activité en 2007 pour s’occuper de son papa et lui permettre de rester à la maison. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En 2007, Madeleine Salomon quitte son emploi pour s’occuper de son papa, victime d’un AVC qui atteint sa mobilité. Avec l’aide de son frère, elle seconde sa maman pour gérer le quotidien: l’administratif, les courses, les déplacements, le lever et le coucher, les promenades, les rendez-vous chez le médecin…

«Je me suis lancée tête baissée, raconte l’habitante de Villars-Sainte-Croix. Je ne savais pas à qui m’adresser ni où trouver des informations. Avec le temps, on acquiert les connaissances et on s’adapte très bien, mais le changement a été brutal. D’un côté, j’étais contente de m’occuper de papa pour qu’il reste à la maison. De l’autre, je doutais, me demandais si je faisais juste. J’ai connu des moments de démoralisation.»

La Vaudoise témoigne du manque de considération envers les proches aidants, qui œuvrent dans l’ombre. «Quand je dis que je m’occupe de mon papa, on me dit que j’ai de la chance, que je suis en préretraite. Les gens ne se rendent pas compte que c’est un travail à plein-temps. Le plus défavorisé est certainement mon mari, qui peine parfois à comprendre mon attachement à ma famille.»

Appui à domicile

Comme Madeleine Salomon, 80 000 Vaudois assistent un membre de leur famille ou une connaissance atteints dans leur santé. Présentée dans ces colonnes l’an dernier, l’Association des proches aidants vient de lancer son site Internet, assorti d’une campagne d’affichage pour se faire connaître et récolter des adhérents.

Les membres revendiquent une place à part dans le réseau d’aide vaudois déjà dense (Programme cantonal de soutien, Croix-Rouge, Fondation Pro-XY…). «Nous ne sommes pas des professionnels, mais des bénévoles, insiste la présidente de l’association, Waltraut Lecocq. Des proches aidants qui parlent aux proches aidants.» En créant une communauté, elle espère favoriser le partage des connaissances. La structure propose ainsi des conseils, des visites à domicile et une permanence téléphonique gratuite.

«Ces gens ne pensent pas un instant qu’ils font quelque chose d’exceptionnel, note Rémy Pingoud, membre du comité, qui a assisté sa maman atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ils pensent que c’est une question de loyauté qui ne regarde personne. Chacun reste dans son coin sans se dire que d’autres sont confrontés aux mêmes difficultés. Nous voulons qu’ils sortent de l’ombre.»

Outre fédérer des personnes isolées qui œuvrent aux quatre coins du canton, l’association tient à faire reconnaître le travail des proches aidants en faveur du maintien à domicile. Et avoir, enfin, voix au chapitre.

«Je me suis souvent sentie mise à l’écart par le monde médical, témoigne Madeleine Salomon. Je prends l’exemple d’une réunion au CHUV avec tout le réseau de soins. On nous a imposé de prendre un CMS pour mon papa. Jamais on ne nous a adressé la parole, pour savoir par exemple comment cela se passait à la maison. J’aurais aimé exprimer nos souhaits, dire ce qui n’allait pas, demander les bons gestes à faire… Il faut que l’on nous associe aux discussions au lieu de nous mettre devant le fait accompli. Parce que les décisions prises, c’est nous qui devons les appliquer au quotidien.»

www.proches-aidants.ch

Ligne téléphonique gratuite: 0800 77 88 00.

(24 heures)

Créé: 12.06.2015, 07h13

Articles en relation

Nouveau lieu de soutien pour les proches aidants

Lausanne Ancien Espace Pallium, l’Espace Proches s’adresse plus largement à l’entourage de personnes atteintes dans leur santé ou leur autonomie. Plus...

Vacances Alzheimer: aider les proches à souffler

Soins Des malades et leurs conjoints ont passé une semaine au-dessus de Vevey. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...