Passer au contenu principal

Le projet éolien du Mollendruz est refusé

La Praz vient de rejeter le projet éolien du Mollendruz, soumis jeudi soir aux conseils généraux des trois communes concernées.

Juriens et Mont-la-Ville ont accepté l'implantation des 12 hélices sur la crête du Mollendruz, mais La Praz a refusé.
Juriens et Mont-la-Ville ont accepté l'implantation des 12 hélices sur la crête du Mollendruz, mais La Praz a refusé.
CHRISTIAN BRUN

Le projet éolien du Mollendruz, un des plus importants projets éoliens du canton de Vaud, était soumis jeudi soir aux conseils généraux des trois communes concernées.

Si Juriens et Mont-la-Ville ont majoritairement accepté l'implantation des 12 hélices sur la crête du Mollendruz, La Praz a finalement refusé le plan partiel d'affectation par 20 non et 11 oui.

Sur place, c'est évidemment la stupéfaction. La plupart des élus pariaient sur une acceptation de ce projet, élaboré pendant dix ans. Il suffisait qu'un seul des villages refuse pour que le plan partiel soit rendu invalide.

«Je suis surtout triste pour le tournant énergétique. C'est un beau projet qui est remis en question par quelques personnes»

Le projet est-il définitivement condamné ? Formellement et en l'état, oui. C'est le premier projet de cette importance qui est refusé par la population en terres vaudoises. Les promoteurs et les élus se donnent jusqu'en mars pour déterminer la suite des opérations. Le projet peut-il recommencer avec trois éoliennes, celles prévues sur le territoire de La Praz, en moins ? Est-il encore rentable ? Mystère à cette heure.

«C'est dix ans de travaux et des millions d'investissements qui partent en fumée en quelques instants, réagit stoïquement Cédric Aubert, président du conseil d'administration de la société mise en place pour le projet, Energie Naturelle Mollendruz SA. Il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives. De sérieuses discussions devront avoir lieu. Mais il est clair que vu le temps des démarches et celui déjà investi, il faudra se poser des questions. Je suis surtout triste pour le tournant énergétique. C'est un beau projet qui est remis en question par quelques personnes.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.