Quand les promesses de gain piègent leurs auteurs

Vente par correspondanceUn Vaudois, qui s’était vu offrir 21 250 francs, est parvenu à retourner la tromperie.

Opposant sa force d’inertie, André Merminod a découragé une maison de vente par correspondance alémanique, désormais passible de poursuites pénales suite au renforcement de la loi contre la concurrence déloyale, en 2012.?

Opposant sa force d’inertie, André Merminod a découragé une maison de vente par correspondance alémanique, désormais passible de poursuites pénales suite au renforcement de la loi contre la concurrence déloyale, en 2012.? Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 88 ans, André Merminod, ancien graveur de son état et dernier membre fondateur du FC Bussigny encore en vie, n’a pas perdu grand-chose de sa vivacité d’esprit. C’est dire qu’il y a huit ans, il était encore plus pugnace. La preuve: à l’automne 2007, un courrier de la maison de vente par correspondance Brillant-Versand, à Schaffhouse, lui apprend qu’il a gagné 21 250 francs lors d’un tirage et qu’il lui suffit de renvoyer un chèque complété pour empocher la somme garantie. De surcroît, précisent les documents, il n’est pas nécessaire de commander quoi que ce soit dans le catalogue joint à l’envoi.

Huit ans auparavant, le mécanisme est ainsi la copie conforme de celui décrit dans nos colonnes le 1er juin dernier, qui a rappelé à André Merminod d’amusants souvenirs. Voyez plutôt.

Flairant l’entourloupe, notre homme, 80 ans à l’époque, renvoie donc le chèque à Schaffhouse. Afin de mettre toutes les chances de son côté, il commande également une petite série d’articles – housse antimite, balai «superbe», clips de serrage, etc. – pour un montant de moins de 200 francs. Les objets lui parviennent, assortis d’une facture de 177 fr. 35. Le montant de 21 250 francs, promis en espèces, fait évidemment figure de grand absent.

Faire le mort

Cela ne surprend pas André Merminod, qui se garde bien de s’acquitter de la somme. Quelques semaines plus tard, Brillant-Versand l’appelle donc une première fois à son domicile de Fey, dans le Gros-de-Vaud, pour le prier de régler son dû. André Merminod s’étonne de l’absence du montant promis et souligne dès lors qu’il autorise la maison de vente par correspondance à déduire 177 fr. 35 des 21 250 francs qu’il attend et qui n’ont toujours pas été versés. Au bout du fil, son interlocutrice lui explique que cela ne va pas se passer comme ça et que Brillant-Versand attend son dû.

André Merminod fait le mort. Le second appel est plus menaçant et parle de poursuites. «Quand ils m’ont dit que c’était le dernier avertissement, je leur ai ri au nez, dit-il avec malice. Après avoir répété que je les autorisais toujours à déduire le montant de la promesse de gain, j’ai précisé que d’éventuelles poursuites aboutiraient à un acte de défaut de biens, puisque cela fait bien longtemps que j’ai donné tous mes biens à mes filles et que je n’ai plus aucun revenu. Ils n’ont pas beaucoup insisté…»

Expéditeur découragé

Trois ans plus tard, en 2010, André Merminod reçoit toutefois une mise en demeure d’un institut de recouvrement alémanique, actionné par Brillant-Versand. Il l’ignore comme la première facture. Depuis, plus aucune nouvelle de la maison de vente par correspondance. «Que ceux qui reçoivent ce genre de sollicitations, avec un gros chèque à la clé, fassent comme moi, dit-il. Les expéditeurs finiront bien par se décourager.»

Les paris sont ouverts, d’autant plus que la loi sur la concurrence déloyale a été renforcée en 2012. Désormais, les pratiques telles que celles employées par Brillant-Versand, qu’André Merminod est parvenu à déjouer, sont en effet passibles de poursuites pénales.

Créé: 08.06.2015, 06h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...