«Ils ont autant le sens de la propreté que vous ou moi»

Gens du voyage étrangersA l’UNIL, une anthropologue signe un travail de recherche qui met en exergue certains stéréotypes sur les Roms passant en Suisse.

L’aire d’accueil de Rennaz est désormais le seul endroit du canton où les Roms peuvent séjourner officiellement avec leurs caravanes.

L’aire d’accueil de Rennaz est désormais le seul endroit du canton où les Roms peuvent séjourner officiellement avec leurs caravanes. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sa thèse, en italien, défendue récemment à l’UNIL, est l’une des rares recherches existantes sur le mode de vie des Roms et sur les interactions des communautés qui se réclament de cette étiquette avec les populations et autorités suisses. La Tessinoise Nadia Bizzini, docteure en anthropologie de l’Université de Lausanne, est aussi médiatrice de son canton pour les gens du voyage. Elle a exploré certains «malentendus» culturels, dont ceux qui portent sur l’hygiène et la propreté, et qui provoquent des tensions avec la population locale. Des malentendus que l’on retrouve aussi bien au Tessin que dans le canton de Vaud. Celui-ci est par ailleurs l’un des rares en Suisse romande à encore proposer une place de stationnement officielle pour les gens du voyage étrangers.

Sur quelles populations porte votre thèse?
Avant tout sur ceux qui se nomment les Roms, soit des nomades qui ne sont pas de nationalité suisse, contrairement par exemple aux Jenisch. Pour ceux qui fréquentent le Tessin, on y trouve des Français, des Espagnols et des Italiens, entre autres. Il s’agit de Roms que les linguistes appellent vlach, du fait qu’ils parlent un dialecte du romanés particulier. Ils se subdivisent eux-mêmes en plusieurs sous-groupes distincts, qu’ils nomment des ratse, ce que l’on pourrait traduire par «groupes», tels les kalderaša, ?urara et lovara.

Connaissiez-vous le sujet avant d’entreprendre votre recherche?
Non, pas du tout, à part des notions plus générales d’anthropologie sur ce que l’on considère par exemple comme l’altérité. J’aime me lancer dans un sujet totalement neuf pour moi.

En quoi consistent ces malentendus sur la propreté?
Il y en a plusieurs. Ce que reprochent souvent les habitants sédentaires locaux à ces Roms, c’est de laisser après leur passage des ordures et des déchets corporels sur les aires de stationnement. Certains ont fini par affirmer que les Roms ont une autre notion de la propreté et de l’hygiène et qu’ils ont l’habitude de faire leurs besoins dans la nature. Mais on se rend très vite compte que ça ne tient pas la route. C’est un pur préjugé que nous avons d’eux, comme ils en ont sur nous, nourris par une certaine discrimination. Lorsque des membres d’une famille rom se trouvent dans une maison avec des toilettes, ils les utilisent, en gros, comme vous et moi. Comme nous, ils ont une notion assez précise de ce qui est propre et sale. Il faut remarquer aussi que ce genre de définition peut varier d’un individu à l’autre. Je prends toujours l’exemple du tube de dentifrice laissé fermé ou ouvert, qui peut amener à des grosses disputes dans des couples. Il y a des nuances, comme j’ai pu le constater à mes dépens le jour où j’ai voulu poser une bassine utilisée pour se laver le corps sur la table à manger dans une caravane. On m’a vite remise à l’ordre. De manière générale, leur caravane, qui est leur maison, et l’espace immédiatement autour sont d’une propreté impeccable.

Alors pourquoi laisser les aires dans des états parfois déplorables?
La seule explication qui selon moi résiste à l’épreuve des faits, c’est qu’ils considèrent l’aire de stationnement comme un territoire étranger, appartenant à des gažés, c’est-à-dire aux autres, aux étrangers. Territoire qui leur paraît contaminé par les gažés, que ces Roms placent dans le domaine de l’impur. De leur point de vue, la saleté se trouve donc dans le bon endroit, un peu comme les sacs-poubelle déposés dans les containers. Une façon d’exprimer symboliquement la façon dont ils considèrent les gažés.

Comment avez-vous géré le problème au Tessin?
Au final, de manière simple, en convainquant les autorités d’introduire un système de caution financière, qui est rendue si le terrain est laissé propre. Dans la pratique, cela fonctionne, pour autant que l’on exerce une certaine pression sur les Roms, ce qui devient difficile quand le nombre de caravanes stationnées est plus élevé.

Créé: 28.01.2016, 07h37

Sur Vaud, on cherche une place pour les Suisses

Le canton de Vaud propose depuis assez longtemps une aire de stationnement pour les gens du voyage étrangers dans le Chablais. A Rennaz, près de la jonction autoroutière et du Centre régional de la police cantonale. Une autre aire dans la Broye, à Payerne, vient d’être fermée par les autorités locales. Et la recherche d’alternatives est au point mort si l’on en croit l’analyse du médiateur nommé par le canton, le préfet du district Jura-Nord vaudois, Etienne Roy. «Quand on va démarcher les communes pour qu’elles mettent un terrain à disposition, il y a régulièrement la question de la propreté des aires de stationnement après le passage de certains groupes qui revient dans la discussion. Très peu de communes s’annoncent volontaires. Et j’ai appris que le canton de Neuchâtel va fermer son aire. Il faudrait un peu plus de solidarité dans ce domaine. Pour Genève, la question ne se pose pas, vu la proximité de la France voisine avec des places en suffisance.» Il affirme que le problème de la propreté des aires ne vient aucunement des gens du voyage d’origine suisse, les Jenisch. «Comme l’a annoncé la conseillère d’Etat chargée de ce dossier, la priorité du canton est de trouver une aire de stationnement pour eux. Ils n’en ont pas d’officielle. Et ils ne veulent pas être assimilés aux Roms.»

Articles en relation

L’aire de Payerne est fermée à jamais aux Gitans

Nord vaudois Depuis le début de la semaine, de lourds troncs d’arbres barrent les accès à la place de Boulex, qui était destinée aux gens du voyage. Elle sera rendue à la nature. Plus...

Un camp gitan en cours d'expulsion à Payerne

Broye Un important déploiement policier valdo-fribourgois est en train de déloger une trentaine de caravanes arrivées sur la route de Morens. Plus...

Le Canton veut endiguer les occupations illégales de gitans

Serrage de vis Jacqueline de Quattro a présenté sa stratégie pour forcer les gens du voyage à ne plus squatter des terrains privés. Les préfets délivreront des ordres d'évacuations pour permettre aux gendarmes d'intervenir rapidement. Plus...

Les Gens du voyage boudent le canton de Vaud

Gitans Les convois ont été moins nombreux cette saison. «La fermeté a porté ses fruits», estime la police cantonale. Plus...

«Il ne faut pas que les Suisses traitent les Gitans comme des chiens»

Réactions Les gens du voyage qui occupent la place d’accueil de Rennaz, dans le Chablais, réagissent aux événements de l’été. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.