Une puce contre le vol des vélos à Lausanne

SécuritéDans le courant de l’été, les propriétaires de deux-roues pourront munir leur véhicule d’un système de détection pouvant être localisé par la police.

Quelque 735 vélos et motos se sont fait voler à Lausanne en 2014.

Quelque 735 vélos et motos se sont fait voler à Lausanne en 2014.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lausanne est une ville de deux-roues. Non pas que la capitale vaudoise soit plate, cela se saurait, mais en raison notamment des difficultés toujours croissantes de circuler en voiture, et qui plus est d’y stationner. Voilà donc une nouvelle qui ravira les propriétaires de vélos et de motos, qui étaient 735 à se faire voler leur véhicule en 2014: dès le courant de l’été, il sera possible de cacher une puce de détection sur son deux-roues, puce qui pourra être localisée par la police en cas de vol.

Le principe de fonctionnement est simple. Vous achetez une puce auprès des postes de police de Lausanne. Vous la faites fixer par un professionnel à un endroit discret de votre deux-roues. Et le tour est joué. La puce est en mode sommeil. De son côté, Lausanne équipe de lecteurs fixes les principaux parkings deux-roues de la ville. Elle en dote également les agents de police et les assistants de sécurité publique.

Par signal radio

En cas de vol, la victime active la puce via une application pour smartphone et va déclarer le vol à la police. Un signal radio est alors diffusé. Il peut être perçu par les fameux lecteurs dans un rayon de 15 à 30 mètres. Le prix de la puce devrait se situer entre 60 et 80 francs. Les coûts pour Lausanne se montent à près de 70 000 francs. Les revenus sont estimés à 26 000 francs.

Depuis août 2015, Genève et Yverdon-les-Bains proposent aux cyclistes romands d’installer une puce électronique dormante, fabriquée par une société de Renens. Cette dernière ne souhaite toutefois pas divulguer le nombre de puces vendues, mais assure que des vélos volés ont déjà été retrouvés grâce à elles. Grégoire Junod, municipal de Police à Lausanne: «Le système sera d’autant plus efficace si d’autres villes et d’autres corps de police proposent à leur tour un système similaire et compatible. Et pourquoi pas les gardes-frontière.»

Créé: 20.01.2016, 17h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.