Rebecca Ruiz: «Ce n’est qu’un juste retour des choses»

SantéAvec une légère baisse de -0.3%, Vaud fait partie des dix cantons qui voient flancher le prix moyen de l’assurance maladie. La moyenne nationale, elle, est en hausse (+ 0,2%).

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alain Berset, le ministre de la Santé, n’avait pas le teint pâle ni le sourcil ombrageux ce lundi à Berne pour annoncer les primes maladie. Et pour cause. La hausse prévue pour 2020 est modérée, elle se monte en moyenne suisse à +0,2%. «C’est une très bonne nouvelle, jubile le ministre. C’est l’une des hausses les plus faibles depuis l’introduction de la loi sur l’assurance maladie.» Effectivement, il faut remonter à 2008 pour trouver un meilleur chiffre. Les primes avaient alors carrément baissé… pour mieux exploser les deux années suivantes.

Faut-il voir dans cette nouvelle réjouissante une pilule calmante distribuée à la veille des élections fédérales? Alain Berset s’en défend. «On ne joue pas avec les chiffres. Nous avons fait des efforts d’économie. Les primes perçues par les assureurs étaient un peu trop élevées par le passé. Et nous avons eu une bonne année 2019. Tout cela explique la hausse modérée pour 2020.»

Une dette envers les Vaudois

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Vaud compte parmi les dix cantons qui bénéficient d’une diminution de primes (–0,3% en moyenne). Ce n’était pas arrivé depuis 2009… La ristourne représente –3 fr. 20 par mois pour les adultes, –80 centimes pour les jeunes (sauf pour les enfants: +10 centimes). Pas de quoi sauter de joie: au niveau du montant desdites primes, Vaud reste l’un des cantons les plus chers (voir l'infographie ci-dessous).

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Le Conseil d’État qualifie la baisse de –0,3% de «modeste». «C’est satisfaisant dans l’absolu mais c’est un juste retour des choses au vu des primes excédentaires payées par les Vaudois l’an dernier (ndlr: 150 millions de trop)», réagit Rebecca Ruiz (PS), ministre en charge de la Santé. Rappelons que les primes 2019 ont été trop élevées (+1,8% d’augmentation) par rapport aux coûts des prestations (en baisse).

«Baisse insuffisante»

Le Canton demande donc à l’Office fédéral de la santé publique de veiller à ce que les assureurs remboursent à leurs clients le surplus payé. «Certains d’entre eux l’ont déjà fait en 2019, d’autres prévoient de le faire en 2020», indique Rebecca Ruiz. Elle demande que «pour l’an prochain, soit les assureurs remboursent, soit ils prennent en compte ce qui a été versé en trop pour calculer les primes. Vu le niveau de leurs réserves et l’excédent payé par les Vaudois, il serait inacceptable que l’on se retrouve avec une augmentation de 5% ou 6%.»

Le montant des réserves des assureurs, au niveau suisse, est deux fois plus élevé que le minimum légal (4,8 milliards de francs d’excédent). «De l’argent qui sert en partie à des placements boursiers au lieu d’être dans la poche des assurés, déplore Rebecca Ruiz. Cet excédent est tel qu’il devrait permettre de modérer l’évolution des primes dans les années à venir.» Philippe Eggimann, président de la Société vaudoise de médecine, juge la baisse annoncée «insuffisante». «Actuellement, les primes sont calculées sur la base de prédictions infondées. Profitons de la stabilisation de la hausse des coûts pour changer de système et les calculer sur la base des coûts réels des années précédentes. Les réserves sont confortables et elles sont là pour faire face à d’éventuelles mauvaises surprises.»

«Il faut changer le système de calcul des primes»

Le gouvernement vaudois vient d’annoncer qu’il soutient l’idée d’une caisse maladie cantonale. Une initiative du député Stéphane Montangero (PS), qui demande à Berne la possibilité de créer cette structure. «Je ne peux pas affirmer que cela engendrerait une baisse des primes, précise Rebecca Ruiz. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y aurait plus de différences injustifiées de prix, pour le même modèle d’assurance, dans un même canton. La compensation des risques serait aussi plus efficace. Et on en finirait avec la chasse aux «bons» risques puisque, de toute façon, il n’y aurait qu’un seul collectif d’assurés.»

Tous les autres cantons romands (sans Berne) enregistrent des hausses supérieures à la moyenne nationale. Au total, quatorze cantons se situent au-dessus de 0,2%, avec Neuchâtel qui subit la plus forte augmentation (+2,9%). Du coup, les primes neuchâteloises rattrapent les vaudoises. À l’autre extrême, Lucerne affiche une baisse de 1,5%.

De nombreux facteurs expliquent ces différences. Pour SantéSuisse, l’élément principal est l’évolution des coûts de la santé. «À Neuchâtel, ils ont augmenté de 4,56% entre 2017 et 2018, alors qu’ils ont baissé de 0,72% dans le canton de Vaud», précise son porte-parole Christophe Kaempf. Le conseiller d’État neuchâtelois Jean-Nath Karakash souligne l’importance de la démographie. Dans son canton, la population a diminué ces dernières années. «Nous sommes moins nombreux pour nous partager les coûts.» Michel Matter, vice-président de la FMH, relève encore que le transfert vers le secteur ambulatoire est plus important en Suisse romande. Or, ces soins sont à la charge des assurances, alors que les Cantons paient une partie de la facture hospitalière.

Créé: 24.09.2019, 22h12

«Ce résultat montre qu’on peut agir sur les coûts»

Interview d'Alain Berset

Alain Berset n’a pas joué les fiers-à-bras en présentant cette hausse modeste des primes au niveau suisse. Le ministre de la Santé en retire cependant une satisfaction tangible: «C’est la preuve qu’on peut agir sur les coûts.» Survol des questions qui se posent.

Pourquoi la hausse est-elle aussi modérée?
Alain Berset relève qu’il y a eu un serrage de vis sur le prix des médicaments. Puis le Conseil fédéral est intervenu sur le prix des prestations médicales en tranchant sur le Tarmed. Enfin, les assureurs avaient constitué un peu trop de réserves dans certains cantons.

Le coup de bambou, c’est pour 2021?
C’est la crainte des assureurs qui disent que les hausses modestes de prime ont toujours été suivies de fortes augmentations. Berset est resté très vague sur les perspectives futures. Selon lui, cela va dépendre beaucoup de la volonté politique des élus au parlement. Il les enjoint à donner leur feu vert à des génériques moins chers.

Les efforts pour économiser, c’est fini?
Non, non et non. Alain Berset a martelé que sans économies répétées année après année, il serait impossible de maîtriser durablement les coûts de la santé. Ces derniers dépassent déjà 80 milliards par an. Et cela va continuer d’augmenter en raison du vieillissement de la population et des progrès techniques. Des progrès qui, quand ils sont utilisés à bon escient, apportent des avancées spectaculaires. «On peut guérir aujourd’hui des maladies dont on mourait il y a 15 ou 20 ans», rappelle le ministre.

Quelles sont les réactions?
Ce mardi, on se garde de faire preuve de trop d’enthousiasme! SantéSuisse note qu’on ne peut pas parler d’un renversement de tendance durable. Pour le PLR, il n’y a «aucune raison de relâcher la pression». Le PDC juge que les mesures annoncées par le Conseil fédéral pour atténuer les coûts ne suffisent pas à maîtriser sur le long terme la hausse des coûts. Et le PS note que, pour beaucoup d’assurés, le seuil de douleur est depuis longtemps atteint.

Que faire pour changer d’assurance maladie?
Les assureurs maladie ont jusqu’à fin octobre pour informer leurs assurés du montant de leurs primes pour 2020. Vous pouvez déjà consulter notre tableau et, si vous voulez des informations exhaustives, allez sur le site internet de la Confédération
( www.priminfo.ch ). Vous pourrez sélectionner les primes selon votre profil et le montant. Le calculateur automatique vous donnera les économies potentielles. Si vous voulez changer, vous pouvez demander une offre en ligne.

Arthur Grosjean et Caroline Zuercher

Articles en relation

Explorez les primes 2020 dans votre canton, caisse par caisse

Assurance maladie Naviguez à travers la «jungle» tarifaire des primes d'assurance maladie avec notre graphique interactif. Plus...

Hausse des primes: les Romands trinquent, sauf les Vaudois

Assurance maladie Alain Berset a dévoilé une hausse modérée des primes de 0,2%. Mais Neuchâtel, Fribourg et le Valais connaissent eux les augmentations les plus marquées. Vaud enregistre une baisse. Plus...

Vaud soutient une caisse maladie cantonale

Santé Une initiative cantonale d'un député vaudois, demandant à Berne de pouvoir créer une institution d'assurance maladie cantonale, est appuyée par le gouvernement vaudois. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.