Raconter le passé est une démarche d’avenir

HistoireL’historien Justin Favrod, ancien journaliste à «24 heures», fait le point après un an d’existence du mensuel «Passé simple», consacré à l’histoire et à l’archéologie romandes.

Justin Favrod tire un bilan positif de la première année d'existence de sa revue «Passé Simple», mensuel romand d'histoire et d'archéologie.

Justin Favrod tire un bilan positif de la première année d'existence de sa revue «Passé Simple», mensuel romand d'histoire et d'archéologie. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec un dossier consacré au diplomate suisse Walter Stucki, négociateur hors pair qui n’a pas hésité à outrepasser sa mission pour sauver des vies à Vichy durant la Seconde Guerre mondiale, la revue d’histoire romande Passé simple fête son 1er anniversaire. L’occasion de faire le point avec le fondateur du mensuel, Justin Favrod.

Créer une revue d’histoire en Suisse romande, n’était-ce pas une folie?
- Je me suis lancé avec beaucoup de naïveté, sans me rendre compte qu’il s’agissait d’un travail monumental. Mais après un an d’existence, on peut parler globalement d’un succès, avec 2419 abonnés, provenant de tous les milieux, alors que l’objectif était d’atteindre 2000. Les journalistes trouvent le chiffre minuscule, mais pour les historiens, il est remarquable. Et il me permet d’envisager une deuxième année.

Qu’est-ce que cela révèle sur l’intérêt pour l’histoire?
- Passé simple est arrivé à un moment où l’on constate un net regain d’intérêt pour l’histoire. Il existait une œuvre érudite très importante, mais il y avait un vide à combler pour raconter de manière accessible les passés romands. Je crois qu’à notre époque où tout va très vite, où l’on est effaré devant les changements, nous sommes tous à la recherche de racines. Notre slogan, «C’est arrivé près de chez vous, mais avant vous», va dans le sens de parler du local, de susciter l’intérêt et l’émotion en évoquant des lieux et des gens dans lesquels on puisse se reconnaître. Passé simple est seule dans ce créneau.

Quels seront vos prochains sujets?
- Le dossier du premier numéro de 2016 sera consacré à l’histoire de La Source à Lausanne, qui fut la première école laïque d’infirmières au monde. Sa création marque la naissance de la distinction entre charité et soins, un tournant dans l’histoire de la médecine. Puis nous raconterons l’histoire d’une photo censurée du dirigeant nazi Heinrich Himmler à la frontière suisse, mais aussi celle du sauvetage d’un peuple amérindien par un Valaisan ou la saga de la TSR.

Quelles sont les possibilités de développement de votre revue?
- J’aimerais pouvoir de temps en temps augmenter le nombre de pages, de manière à publier des dossiers plus importants. Sur le plan des abonnés, il nous reste un public à conquérir dans plusieurs cantons romands où nous avons jusqu’ici eu de la peine à nous implanter, comme Genève ou le Valais. Je souhaite faire de cette revue un lieu d’ouverture, de débat, sans aucune chapelle.

www.passesimple.ch (24 heures)

Créé: 16.12.2015, 16h38

Articles en relation

Des squelettes dormaient sous une gravière à Orny

Archéologie Dix-huit tombes du Ve siècle av. J.-C. livrent un nouvel éclairage sur les rites funéraires de cette période. Plus...

L’effroyable chant du carnyx fait son retour chez les Helvètes

Archéologie expérimentale Forgeron au Musée du fer de Vallorbe, Jean- Marie Corona fait revivre le cor de guerre des Gaulois. Une pièce unique. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...