«Recâbler» le cerveau pour lutter contre la paraplégie

SantéUne thérapie testée au CHUV a permis à des rats paraplégiques de retrouver l’usage de leurs pattes.

Pour comprendre comment se produit le recâblage, l’équipe de Grégoire Courtine s’est servie d’un puissant microscope.

Pour comprendre comment se produit le recâblage, l’équipe de Grégoire Courtine s’est servie d’un puissant microscope. Image: EPFL/ALBAN KAKULYA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il faut bien calibrer les attentes. Nous n’allons pas guérir tous les paraplégiques du jour au lendemain, mais la thérapie que nous développons va augmenter la récupération et la qualité de vie de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. Nos résultats sont très prometteurs.»

Chef d’unité au Centre de neuroprothèses de l’EPFL, Grégoire Courtine ne verse pas dans le triomphalisme, mais la dernière avancée de son équipe, dont les résultats viennent d’être publiés dans Nature Neuroscience , n’en constitue pas moins une étape de plus vers la réhabilitation de patients paralysés. Un objectif sur lequel le chercheur planche depuis plus de quinze ans et qui compte déjà quelques succès. En 2012, il est parvenu à faire courir des rats souffrant de lésions médullaires et de graves paralysies. En 2016, des singes paralysés remarchaient grâce à des neuro-implants conçus à l’EPFL. Là, pour la première fois, des chercheurs ont observé que le cerveau – en l’occurrence de rats rendus totalement paraplégiques par une contusion – parvient à contourner la lésion et à atteindre la moelle épinière (dont le rôle est d’acheminer les informations du cerveau vers les différentes parties du corps) pour rendre possibles des tâches complexes telles que la marche, la montée d’escalier ou encore la natation. Pour évoquer cette reconnexion du cerveau avec la moelle épinière de l’autre côté de la lésion, le professeur Courtine et son équipe parlent de «recâblage».

Test au CHUV

Comment se produit cette reconfiguration? «Le cerveau développe de nouvelles connexions anatomiques à travers des régions du système nerveux restées intactes après la lésion. Il ne s’agit donc pas de régénération. À l’endroit où les tissus ont été épargnés, ça repousse. Des synapses se créent, qui permettent la communication dans le système nerveux central», poursuit le chercheur français.

Mais, prévient-il, de tels progrès sont le fruit d’un long travail. «La guérison n’est pas spontanée, confirme Léonie Asboth, auteure principale de l’étude citée par l’EPFL. Pour que le recâblage ait lieu, les animaux doivent suivre une thérapie de rééducation intensive impliquant une stimulation électrochimique de la moelle épinière.» Le reste de l’entraînement consiste en une physiothérapie soutenue par un harnais intelligent qui allège le poids du corps et qui permet aux rats de contrôler le mouvement volontaire de leurs pattes postérieures. «À terme, les nerfs ont suffisamment repoussé pour permettre un contrôle volontaire des membres paralysés et on observe que des rats marchent seuls, sans stimulation ni harnais», poursuit le chercheur, optimiste quant à imaginer pareil recâblage du cerveau, du tronc cérébral et de la moelle épinière chez l’homme. «Nous avons déjà montré que la plasticité du système nerveux, c’est-à-dire sa remarquable capacité à développer de nouvelles connexions après une lésion de la moelle épinière, est encore plus robuste chez l’homme que chez le rongeur.» La thérapie est actuellement testée sur des personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière au CHUV. Ses premiers résultats devraient être communiqués dans l’année.

Créé: 20.03.2018, 07h07

Articles en relation

Le chercheur qui fait marcher les rats paraplégiques

Innovation Grégoire Courtine installe son labo à l’EPFL le mois prochain. Après avoir redonné une mobilité à des rats paralysés, il s’attaque aux hommes Plus...

Elle rêve de faire remarcher les paraplégiques

Portrait Jocelyne Bloch est la première femme neurochirurgienne romande. La Vaudoise donne sa leçon inaugurale au CHUV. Plus...

Des singes retrouvent la mobilité de leurs jambes

Lausanne Le CHUV et l'EPFL ont travaillé sur des macaques atteints de paralysie des membres inférieurs. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.