Ils reçoivent des factures alors qu’ils n’ont rien acheté

ArnaqueLes Lucensois Cécilia et Maurice Agassis ont reçu des demandes de paiement pour des colis qu’ils n’ont jamais commandés, vendredi.

Maurice et Cécilia Agassis ont reçu des chaussures jamais commandées, et la facture. L’arnaqueur comptait récupérer les colis dans leur boîte à lettres.

Maurice et Cécilia Agassis ont reçu des chaussures jamais commandées, et la facture. L’arnaqueur comptait récupérer les colis dans leur boîte à lettres. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux paires de chaussures pour plus de 120 francs et un nouveau smartphone de dernière génération pour un montant de 900 francs à payer en trois fois. Telles sont les factures surprenantes qu’ont découvertes Maurice et Cécilia Agassis, vendredi, à l’ouverture de leur courrier. Ces Lucensois ont été victimes d’une «arnaque au colis», dont le nombre semble à la hausse depuis quelques mois.

«À la personne arnaquée de prouver sa bonne foi»

Le principe est relativement simple, d’autant plus avec le développement des systèmes de suivi de livraison des paquets. Des escrocs commandent sur internet des articles sur facture, à livrer à une adresse qui n’est pas la leur. Le colis est déposé par La Poste et aussitôt récupéré par le malfrat qui n’a rien payé. Mais la facture arrive bien à la destination choisie. Heureusement pour les Agassis, le plan ne s’est pas déroulé comme prévu. «Les cartons de chaussures étaient trop gros pour notre boîte aux lettres et le facteur a sonné pour nous les apporter. Comme mon mari était à la maison, il a pu les récupérer», explique Cécilia Agassis. Le couple pourra donc renvoyer la commande et voir la facture annulée.

Il n’en ira pas de même pour le téléphone. «Nous avons pris contact avec le magasin pour leur signaler l’arnaque, mais comme le colis a été livré, ils n’ont aucun moyen de savoir si nous l’aurions éventuellement récupéré. Du coup, c’est à la personne arnaquée de prouver sa bonne foi», poursuit celle qui est gestionnaire de vente à Migros. Ainsi, Maurice a déposé une plainte lundi auprès de la police cantonale pour pouvoir aller de l’avant.

Celle-ci confirme la récurrence de ce type d’escroquerie, sans tenir de statistiques précises. «On pense que c’est davantage lié à l’augmentation de ce type de consommation en ligne», précise Alexandre Bisenz, chargé de communication.

«Nous avons l’impression que le phénomène s’amplifie avec les années»

Dans les bureaux de la Fédération romande des consommateurs (FRC) aussi, la démarche est connue. «Nous avons l’impression que le phénomène s’amplifie avec les années», explique Valérie Muster. La FRC note deux variantes, à savoir l’usurpation d’identité, comme dans le cas des Agassis, mais aussi le vol de colis dans la boîte.

«En Suisse, il n’existe pas encore de délit d’usurpation d’identité, mais il est possible de déposer une plainte pour escroquerie et faux dans les titres», précise la juriste, qui ajoute qu’il n’y a pas énormément de solutions au niveau légal. Un arrangement avec l’expéditeur est notamment conseillé pour faire bloquer son nom ou se faire avertir au préalable en cas d’envoi pour être sûr que le produit a bien été commandé.

Faire bloquer la facture

«Il faut dans tous les cas contacter au plus vite le vendeur pour faire bloquer la facture», conseille la spécialiste. En effet, en ne faisant rien, le risque est grand de se retrouver pris dans l’engrenage des rappels, recouvrements et poursuites, et au final d’être perdant sur toute la ligne. Reste que dans tous les cas, il est difficile de prendre des mesures pour éviter de devenir victime. «Car le propre de cette arnaque, c’est de vous utiliser sans que vous n’en sachiez rien», conclut Valérie Muster. (24 Heures)

Créé: 12.02.2019, 06h43

Articles en relation

Immeuble morgien au cœur d’une affaire d’escroquerie et de faux dans les titres

Arnaque Un avocat genevois et l’ancien responsable de l’agence locale de la régie Bernard Nicod sont soupçonnés d’avoir falsifié des baux. Plus...

Quarante commerçants arnaqués à la fausse pub à Vevey

Escroquerie Inculpé d’escroquerie, un ressortissant français est jugé pour avoir vendu des encarts publicitaires inexistants. Le Parquet réclame 2 ans de prison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.