Passer au contenu principal

La récolte des fraises souffre des fortes pluies

Pas de dégâts dramatiques sur les cultures, mais les producteurs de fraises à ciel ouvert font la grimace.

Chez Christian Wyss, à Genolier, on peut cueillir les fraises soi-même. Cette année, le mois de mai y a été peu propice en raison de la météo maussade.
Chez Christian Wyss, à Genolier, on peut cueillir les fraises soi-même. Cette année, le mois de mai y a été peu propice en raison de la météo maussade.
Alain Rouèche - A

MétéoSuisse annonce que le mois de mai 2016 a été le plus pluvieux depuis dix ans. De quoi plomber le moral des Vaudois. Et qu’en est-il des conséquences sur les cultures? Tout dépend des régions. Selon les spécialistes d’Agroscope et de l’Union fruitière lémanique, il n’y a cependant pas lieu de dramatiser, du moment que le temps s’améliore. Ce sont surtout les producteurs de fraises qui souffrent des intempéries.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.