Les travers récurrents de la corvée des pneus neige

MoudonDans le métier depuis trente ans, Claude-Alain Cornu recense les petites mauvaises habitudes des automobilistes

Patron de Cornu pneus Sàrl, Claude-Alain Cornu gère quatre ateliers à Chanéaz, Moudon et Payerne qui montent chaque année les pneus d'hiver de près de 12000 Vaudois

Patron de Cornu pneus Sàrl, Claude-Alain Cornu gère quatre ateliers à Chanéaz, Moudon et Payerne qui montent chaque année les pneus d'hiver de près de 12000 Vaudois Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il a neigé cette nuit. On s’attend donc à trouver devant l’atelier une file d’automobilistes patientant pour faire monter leurs pneus d’hiver. Claude-Alain Cornu, le fondateur et patron de Cornu Pneus, se marre: «Cette journée va, au contraire, être tranquille. Les lendemains de chutes de neige, ceux qui n’ont pas encore monté leurs pneus d’hiver sont dans les trains… ou dans les talus!» Voilà 27 ans, il ouvrait un commerce de pneumatiques à Chanéaz, juste à côté de Thierrens. Aujourd’hui, ses quatre ateliers (Chanéaz, Moudon et deux à Payerne) montent chaque année des pneus neige sur les véhicules de plus de 12'000 Vaudois. De quoi cerner, avec amusement, les petites (mauvaises) habitudes des automobilistes.

«Inciter les gens à monter leurs pneus neige plus vite? On a essayé, rien ne marche»

«Pour nous, la saison commence en septembre avec les clients les plus prévoyants, qui nous demandent des offres alors qu’on ne connaît pas les prix. Le montage démarre ensuite tranquillement autour du 15 octobre et ensuite… nous sommes complètement dépendants de la météo.»

Pour faire simple, chaque annonce de neige provoque un boom de demandes durant les 2-3 jours qui précédent l’arrivée de l’or blanc. Certaines journées d’avant-neige, c’est ainsi jusqu’à vingt voitures qui patientent à la queue leu leu devant l’atelier de Moudon. «On a tout essayé pour faire venir les gens plus vite: mails d’avertissement, réductions et même des bons pour des pizzas. Mais rien ne marche!» constate cet indépendant employant douze personnes.

La volonté d’encore partir en vacances d’octobre avec les pneus d’été explique parfois cette attitude, mais Claude-Alain Cornu a repéré d’autres causes, comme la peur – injustifiée – d’user prématurément ses pneumatiques d’hiver ou l’attente du salaire à la fin du mois.

Résultat, quand il n’est vraiment plus possible de reporter la corvée, le téléphone du patron sonne plus de deux cents fois par jour. Devant les ateliers, les clients affluent soudain, s’énervent parfois, et les employés trinquent. «J’ai de la chance d’avoir des gars qui ne comptent pas trop leurs heures. Mais il y a des limites, en particulier physiques. Lors des grosses journées, une équipe de deux est capable d’équiper 50 voitures. Ça fait donc 200 roues à manipuler plusieurs fois. En plus, leur taille moyenne et donc leur poids augmente avec les années. Il est impossible de tenir longtemps à ce rythme.»

Pas question toutefois pour Claude-Alain Cornu et ses équipes de refuser des clients, l’enjeu est trop important: de mi-octobre à mi-décembre, soit en deux mois, l’entreprise réalise les 60% de son chiffre d’affaires. Un boom qui n’existe pas avec les pneus d’été. «La saison est beaucoup plus étalée. En gros, elle commence au Salon de l’auto et se prolonge jusqu’à l’été avec ceux qui – même si ce n’est pas une bonne idée en matière de sécurité – veulent finir leurs pneus d’hiver.»

Depuis qu’il a créé son entreprise, il y a presque trente ans, Claude-Alain Cornu a aussi vu arriver la concurrence d’internet, qui a mis une forte pression sur les prix. «On n’a pas le choix, il faut faire avec. C’est pour cela que nous acceptons désormais de monter les pneus achetés en ligne.» Pour avoir vu arriver chez lui de pneumatiques de très mauvaise qualité, Claude-Alain Cornu rappelle toutefois qu’il faut se méfier des prix trop bas. Et il incite ses clients à assumer. «Ce que beaucoup ne font pas! Ils nous envoient leur femme avec quatre beaux pneus tout neufs et elle nous raconte que c’est un cadeau de Noël. Mais vous en connaissez beaucoup des gens qui offrent des pneus à Noël?» (24 heures)

Créé: 22.11.2018, 09h46

Articles en relation

Faut-il rendre obligatoires les pneus d'hiver?

Suisse Comme chaque automne, de nombreux Suisses n'ont pas encore monté leurs pneus d'hiver malgré la neige. Une motion pourrait rendre le changement obligatoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.