Un gérant de fortune désavoué par le TF

Canton de VaudLe Tribunal fédéral a rejeté les deux recours d'un gérant de fortune condamné en janvier 2019 pour escroquerie et gestion déloyale.

Le Tribunal fédéral a blanchi la Cour criminelle de l'Est vaudois des accusations de parti pris.

Le Tribunal fédéral a blanchi la Cour criminelle de l'Est vaudois des accusations de parti pris. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral rejette la récusation in corpore de la Cour criminelle de l'Est vaudois après le procès d'un gérant de fortune en janvier 2019. L'homme avait écopé de 4 ans et demi de prison ferme pour escroquerie et gestion déloyale.

Le quinquagénaire justifiait sa démarche par le fait qu'à l'ouverture des débats, le 28 janvier, les représentants du Parquet, les juges et la greffière étaient restés ensemble dans la salle d'audience fermée durant quelques minutes. Il estimait donc que les magistrats avaient pu s'entendre sur la cause, ce qui fondait un soupçon de parti pris.

La cour elle-même reconnaissait, et déplorait, que la salle ait été fermée à un certain moment. Dès son arrivée, la présidente du tribunal avait fait ouvrir la porte et ordonné aux huissiers de laisser entrer les parties. Un huissier avait témoigné que les contacts entre le procureur et les juges n'étaient pas allés au-delà des salutations d'usage.

Refus de la récusation

Le recourant a demandé également la récusation du procureur car ce dernier avait prolongé à plusieurs reprises sa détention provisoire suite au dépôt de nouvelles plaintes. Il accusait le représentant du Ministère public d'avoir fait pression pour que ces lésés se tournent vers la justice.

Dans des arrêts publiés mercredi, le Tribunal fédéral a rejeté ces deux recours. Concernant la récusation de la cour, il a estimé qu'il n'y avait pas lieu de s'écarter des explications du tribunal et que ces faits ne permettaient pas de retenir une apparence de connivence entre les intéressés.

Concernant le procureur, Mon Repos parvient à la même conclusion. Le fait d'informer une partie lésée de la clôture prochaine de l'instruction et de l'inviter à déposer plainte ne constitue pas un jugement prématuré de la culpablité de l'accusé. (arrêts 1B_46/2019 et 1B_77/2019 du 24 avril 2019) (ats/nxp)

Créé: 22.05.2019, 12h47

Articles en relation

L'ex-prof abuseur condamné à 40 mois

Valais Le tribunal du district de Sierre a condamné ce mardi un ex-enseignant valaisan de 49 ans à 40 mois de prison ferme pour actes d'ordre sexuel avec des enfants. Plus...

Les fonds d'un proche de Ianoukovitch bloqués

Suisse Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a rejeté le recours de l'ancien membre du parlement ukrainien Yurij Ivanyushchenko. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.