Le référendum sur l’UNES a abouti à l’UNIL

SignaturesLes étudiants de l’Uni de Lausanne auront l’occasion de voter sur l’appartenance de leur association à la faîtière nationale.

Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il fallait au moins 200 signatures valables pour que le référendum aboutisse, il y en a eu plus du double. Les quelque 14?000 étudiants et étudiantes de l’Université de Lausanne (UNIL) pourront voter, du 31 octobre au 4 novembre prochain. Ils sont appelés à confirmer ou infirmer le virage pris par la Fédération des étudiants (FAE) de l’UNIL. L’assemblée des délégués de la FAE a en effet décidé au printemps dernier de quitter l’Union nationale des étudiants et étudiantes de Suisse (UNES).

Cette décision, prise selon le bureau de la FAE en raison de problèmes récurrents de communication de l’UNES avec ses sections romandes et de non-respect de leurs processus démocratiques, a fait débat à Lausanne. Un comité référendaire s’est constitué au début de l’été. Il estimait qu’un changement aussi important ne devait pas être décidé par une seule assemblée de délégués des associations de facultés, mais par l’ensemble des étudiants.

Au départ, ce comité comprenait aussi bien des pro-sortie que des anti-scission. «Ceux qui contestaient la décision de la FAE étaient majoritaires, précise Lucas Perdrisat, membre des référendaires. Aujourd’hui, pour toutes sortes de raisons, il n’y a plus dans le comité de personnes soutenant la sortie de l’UNES.»

Le bureau de la FAE, qui s’était assigné un rôle neutre pendant la période de validation des signatures, va pouvoir dès ces jours se mettre en campagne pour défendre l’option choisie de sortir de l’UNES. Et le comité référendaire va représenter le camp opposé. «Un débat contradictoire est déjà prévu, le 31 octobre à 17 h 30», ajoute Lucas Perdrisat. Il se tiendra dans la salle 273 du bâtiment Internef.

«Nous pensons qu’il est important d’être représentés au niveau national, argumente le représentant du comité référendaire. Et pour l’instant l’UNES est la seule structure capable de le faire. Je dirais même la seule structure tout court qui le fait. L’idée avancée par les tenants de la sortie, qui est de créer une nouvelle représentation romande regroupant la FAE, l’AGEPoly à l’EPFL et l’AGEF, l’association de l’Université de Fribourg, n’est à notre sens qu’un projet.»

Créé: 28.09.2016, 08h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.