«Je refuse de m'accrocher à mon siège de député par sécurité politique»

ElectionLe socialiste Nicolas Rochat Fernandez siégera au Conseil national en remplacement de Rebecca Ruiz. A six mois des élections fédérales, ce syndicaliste quittera son siège au Grand Conseil.

Le socialiste Nicolas Rochat Fernandez reprendra le siège de Rebecca Ruiz au Conseil national.

Le socialiste Nicolas Rochat Fernandez reprendra le siège de Rebecca Ruiz au Conseil national. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est bel et bien Nicolas Rochat Fernandez qui remplacera Rebecca Ruiz au Conseil national, elle qui a été élue au Conseil d'Etat il y a deux semaines. Le Parti socialiste vaudois l'a annoncé ce mercredi matin.

Député au Grand Conseil depuis 2008, ce père de famille de la vallée de Joux est connu d'une part comme syndicaliste, chez Unia, et comme ancien chef du groupe socialiste au parlement cantonal. Depuis 2016, il siège même au Bureau du Grand Conseil.

En accédant au Conseil national et en quittant le Grand Conseil d'ici l'été, il prend un risque. S'il n'est pas réélu au parlement fédéral en octobre, il devra faire une croix pendant plusieurs années sur la vie politique cantonale. «Une décision personnelle et assumée», explique ce politicien de 37 ans.

Quelle est votre motivation à aller au Conseil national?
Lors des élections fédérales de 2015, j'arrivais comme troisième vient-ensuite. La perspective d'entrer au Conseil national était faible. Mais plusieurs dossiers traités au niveau fédéral me sont chers. Je suis dans le monde syndical, chez Unia, depuis 2004. A travers mon activité professionnelle, je perçois bien la rudesse des rapports de travail actuels, avec notamment les licenciements et la difficile reconversion professionnelle des personnes de 50 ans et plus. Autre dossier qui m'intéresse pour le Conseil national: les questions de politique sociale. Cette législature a véritablement été antisociale au parlement fédéral. La saignée continue des offices de poste est aussi un dossier qui m'interpelle.

Vous êtes actuellement deuxième vice-président du Grand Conseil. Jusqu'à quelle date y siégerez-vous?
Je siégerai au Conseil national probablement dès le mois de mai, mais j'arrêterai mon mandat de député seulement en juillet, à la fin de l'année politique. Mon parti m'a accordé ce délai. Il me tenait à coeur de mener à terme mon mandat de deuxième vice-président du Grand Conseil.

Josiane Aubert, lorsqu'elle avait été élue en cours de législature au Conseil national, avait pu rester au Grand Conseil jusqu'aux élections fédérales. Pourquoi pas vous?
Je m'empresse de dire que mon choix est une décision personnelle et que je ne critique nullement les choix que d'autres ont faits. On aurait pu imaginer que je garde mon mandat de député d'ici aux élections fédérales, dans l'optique de continuer à siéger au Grand Conseil si je n'étais pas réélu au Conseil national. Les statuts du Parti socialiste vaudois empêchent les doubles mandats, avec des dérogations possibles. Mais mon but n'est pas de m'accrocher à mon siège de député par sécurité politique.

Ce qui signifie que, si vous n'êtes par réélu en octobre au Conseil national, ce sera pour vous une sortie de la vie politique pour quelques années.
Oui, tout à fait, et je l'assume.

Comme futur candidat au Conseil national, le poids électoral de Pierre-Yves Maillard risque de redistribuer les cartes au sein de la députation socialiste vaudoise à Berne. Donc à votre détriment.
Je pense d'abord à aujourd'hui. Le but, lors des élections fédérales, est au minimum de maintenir nos cinq sièges au Conseil national. (24 heures)

Créé: 03.04.2019, 15h51

Articles en relation

Nicolas Rochat Fernandez remplace Rebecca Ruiz au Conseil national

Élection complémentaire L'actuel député et 2e vice-président du Grand Conseil devrait être assermenté le 7 mai. Plus...

Rebecca Ruiz reprend la santé et le social

Conseil d'Etat La nouvelle élue du Conseil d’État s’installera à la tête du département laissé vacant par Pierre-Yves Maillard. Plus...

L’abandon de l’UDC propulse Rebecca Ruiz au Château

Élection au Conseil d’État Coup de théâtre: le candidat UDC Pascal Dessauges renonce à se présenter au second tour et permet à la socialiste d’être élue tacitement. Plus...

Articles en relation

Unia gagne contre une société de blanchisserie

Emploi Le syndicat a remporté son action devant le Tribunal des Prud’hommes pour non respect de la procédure de licenciement collectif par Elis Suisse SA, ex-Lavotel. Plus...

A Yverdon, l'ouverture tardive des échoppes tourne à l'impasse

Commerce Après deux recours en justice, la tension est à son comble entre les commerçants, la Ville et le syndicat UNIA à Yverdon. Un cas unique dans le canton. Aucun compromis ne se dégage sur les horaires des commerces Plus...

Rebecca Ruiz reprend la santé et le social

Conseil d'Etat La nouvelle élue du Conseil d’État s’installera à la tête du département laissé vacant par Pierre-Yves Maillard. Plus...

L’abandon de l’UDC propulse Rebecca Ruiz au Château

Élection au Conseil d’État Coup de théâtre: le candidat UDC Pascal Dessauges renonce à se présenter au second tour et permet à la socialiste d’être élue tacitement. Plus...

Syndicalisme et politique

Naissance en 1982 et enfance à la Vallée de Joux.
2001 élection au Conseil communal du Chenit.
2002 inscription au PS.
2004-2006 syndicaliste au sein de la section régionale d'Unia à la Vallée de Joux, actif notamment dans les dossiers de l'horlogerie.
2006-2009 bachelor en sciences politiques à l'Université de Lausanne.
2008 élection au Grand Conseil.
2011-2016 chef du groupe socialiste au Grand Conseil.
2014-2016 stage d'avocat à Neuchâtel.
2016 élection au Bureau du Grand Conseil.
2017 devient responsable et juriste de la section d'Unia du Nord Vaudois.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.