La Rega se paie la Ferrari des hélicoptères

VaudLe H145 d'Aibus est plus puissant et plus maniable que la précédente machine. La facture pour 7 unités: 60 mios de francs.

Vidéo: Catherine Cochard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est comme si nous étions passés de la Mercedes à la Ferrari.» Assis aux commandes du tout nouvel hélicoptère de la Rega, Werner Marty a les yeux qui brillent. Cela fait pourtant déjà plus d’un mois que le chef de la base lausannoise pilote la superbe machine rouge et blanche, dont le cockpit dégage encore l’odeur reconnaissable entre toutes de la voiture neuve. Baptisé «Juliette» par les équipages, le «Supercopter» rouge et blanc est plus puissant que le précédent, plus maniable, plus performant et moins bruyant grâce à son rotor de queue. Bienvenu à bord.

Ce qui frappe au premier regard, c’est l’avant de l’hélicoptère, un H145 de chez Airbus. Il a un gros nez. «J’ai entendu des personnes qui l’avaient appelé Pascal Couchepin… Ce que cache ce nez? Le radar météorologique qui nous prévient de la pluie ou de la grêle. Là encore, c’est une nouveauté», détaille Werner Marty. On ne parlera plus du physique de la machine, mais de ses époustouflantes performances.

Le H145 est plus puissant: deux moteurs de 894 CV contre deux de 770 CV pour son prédécesseur. Il est un peu plus long, raison pour laquelle il dispose de deux caméras de recul. «Mais cela ne fait pas bip-bip quand on approche d’un obstacle», plaisante le chef de base. Par rapport aux autres systèmes de pilotage automatique, celui du H145 dispose d’un «quatrième axe» qui gère la puissance de la machine.

Outre le pilote, un ambulancier et un médecin composent l’équipage. «C’est une véritable unité de soins intensifs volante», avance Christian Kern, le vice-président du conseil de fondation de la Rega. Le médecin a plus de place pour travailler autour du patient, et en rabattant le siège, une seconde personne peut être prise en charge assise, ou un accompagnant. Un téléphone satellite est présent dans le cockpit, notamment s’il faut entrer en contact avec une personne disparue.

L’autre avantage du H145, c’est son système d’éclairage. Il y a deux puissants spots à l’avant de la machine, manipulables par l’ambulancier et par le pilote. Il y en a deux autres sous la queue afin de garantir une meilleure sécurité en cas de treuillage de nuit. La Rega a commandé sept H145 pour un montant total de 60 millions de francs. Ce prix comprend les appareils et l’installation du matériel médical spécial. À noter que les «anciens» hélicos, des EC145 qui volaient depuis 2003, seront revendus.


Un drone en vol dès 2020

La Rega prend décidément de la hauteur: elle poursuit un projet de drone qui pourrait être opérationnel en 2020. «En 2018, ce sont 160 personnes disparues, blessées ou malades que nous n’avons pas pu secourir en raison des conditions météorologiques. Le drone viendra compléter le travail de l’hélico», explique Roland Albrecht, membre de la direction de la Rega et responsable des médecins. Le drone pourra ainsi détecter les téléphones portables et les signatures thermiques. Avec son rotor à trois pâles qui lui donne des airs de petit hélico, il sera en outre doté d’un système anticollision.

Créé: 12.04.2019, 17h31

Interventions en hausse

«Nous avons vécu une année 2018 plutôt intense, en raison de la canicule et de la sécheresse notamment. Jamais nous n’avions enregistré autant de missions», commente Roland Albrecht. Il est membre de la direction de la Rega et responsable des médecins. Ainsi, ce sont 17 124 interventions qui ont été comptabilisées, contre 15 958 l’année précédente.

En moyenne, cela représente deux missions par heure. Dans le détail, les interventions en hélicoptère ont été au nombre de 12 573, en avion ambulance de 980, en avion de ligne de 369, en avion affrété de 22 et autres de 3180. Rien que sur la base de Lausanne, les missions primaires (avec prise en charge médicale sur le lieu même de l’intervention), secondaires (transfert entre hôpitaux) et spéciales se sont montées à 826.

Le nombre de donateurs est également en hausse. En 2018, il atteignait le chiffre de 3,48 millions, contre 3,43 en 2017. «La solidarité est cruciale pour la Rega», se réjouit Roland Albrecht. Côté finances, la Rega a enregistré des recettes à hauteur de 166,2 millions de francs, pour un total de charges de 164,1 millions de francs, soit un résultat opérationnel de 2 millions de francs. C.A.

Articles en relation

La Rega vole au secours d’un parapentiste

Sauvetage Des secours importants ont été déployés pour retrouver un parapentiste qui a atterri dans des arbres. Plus...

[VIDÉO] La Rega fait voler de vrais petits hôpitaux hi-tech

Technologie La Rega s’équipe en innovant. En plus d’un système de détection des obstacles par laser, l’entité dote sa flotte de vidéo-laryngoscopes dernier cri. Et renouvellera tous ses aéronefs d’ici à 2021. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...