La rentrée scolaire en quatre points

EcoleLa nouvelle conseillère d'Etat Cesla Amarelle donnait mardi sa première conférence de presse consacrée à la rentrée scolaire vaudoise.

L'éducation numérique sera l'un des grands chantiers de la législature

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Baptême du feu pour la nouvelle ministre vaudoise de la Formation Cesla Amarelle, qui présentait aux médias ce mardi matin les faits saillants de la rentrée scolaire 2017-2018. Organisé cette année au Collège de Beausobre à Morges, l'exercice est traditionnel et la socialiste s'y frotte donc pour la première fois.

Les chiffres

Pour les élèves, l'heure de la rentrée sonnera lundi prochain. Comme chaque année, ils sont plus nombreux: 92'342 écoliers (soit 1% de plus que l'an dernier) entreront en classe, dans l'un des 91 établissements primaires ou secondaires vaudois. Toujours très scrutée par la classe politique, la répartition entre les deux filières, voie prégymnasiale et voie générale, n'est pas communiquée cette année. Selon les prévisions, les effectifs de la voie générale sont en recul pour la première fois, avec 12'654 élèves en voie générale (contre 12'839 en 2016). Les élèves de la voie prégymnasiale sont évalués à 9874 (9576 en 2016). Une conférence de presse spécifiquement consacrée à ces statistiques sera organisée ultérieurement avec des chiffres consolidés.

Pour la scolarité post-obligatoire dans son ensemble, ce sont 13'101 jeunes qui rejoindront les gymnases, dont 9'029 à l'Ecole de maturité, 3'171 à l'Ecole de culture générale et 901 à l'Ecole de commerce. Anciennement rattaché au Gymnase de Renens-CEOL, le gymnase Provence entre cette année en service en tant que 11e gymnase du canton, indique le Conseil d'Etat. Plus de 22'500 apprentis feront aussi leur rentrée.

Les nouveautés:

Quelques ajustements réglementaires ont été décidés en fin de législature dernière par le Conseil d'Etat. Faiblesse rapidement identifiée de la Loi sur l'enseignement obligatoire (LEO), la maîtrise de classe en voie générale sera ainsi renforcée. Deux périodes d'options de compétences orientées métiers (OCOM) seront en effet dispensées par le maître de classe. Ce sont les périodes du groupe Formation générale, dédiées à l'approche du monde professionnel et aux MITIC (médias, images, technologies de l'information et de la communication).

En 9e année HarmoS, une 33e période a été ajoutée à l'horaire: elle sera dévolue à l'Histoire. Un «rééquilibrage», a commenté Serge Martin, , directeur adjoint à la DGEO.

Par ailleurs, un projet-pilote de prestations socio-éducatives va démarrer dans six établissements scolaires, a annoncé Cesla Amarelle. Ceux de Genolier, Payerne, Morges Beausobre, Montreux-Ouest, Lausanne Mon-Repos et Renens ont été retenus. Ce programme élaboré conjointement par la Direction générale de l'enseignement obligatoire, le Service de protection de la jeunesse et le Service de l'enseignement spécialisé et de l'appui à la formation durera deux ans avant d'en tirer un bilan. Il consacre la création de nouvelles prestations socio-éducatives ou l'extension de certaines existantes.

Le numérique:

L'éducation numérique à l'Ecole sera l'un des grands chantiers de la législature: «Il y a un grand bond en avant à faire, a noté la ministre. Un appel a été lancé au sein des établissements scolaires pour mener des projets pédagogiques non pas autour du numérique mais avec le numérique.» Une journée cantonale sur la place de l'éducation numérique sera en outre organisée, où enseignants, directeurs et chercheurs discuteront des expériences menées dans ce domaine.

Un inventaire de toutes les mesures et de tous les projets mis en place dans les écoles vaudoises est en cours et un comité de pilotage pour le développement de l'éducation numérique a été constitué. «Tous les établissements ne sont pas au même stade de l'intégration de l'outil informatique, a relevé Serge Martin. Il s'agit de ne pas généraliser d'emblée des mesures, par exemple, l'usage d'iPad dans tous les établissements scolaires, mais de partir des initiatives de ceux-ci.»

La ministre

Cesla Amarelle a pris soin de n'oublier aucun acteur de la formation dans son speech inaugural: écoles professionnelles, Hautes écoles, enseignement post-obligatoire, etc. «La formation est notre bien public le plus précieux et la mission la plus noble de l'Etat», a-t-elle notamment souligné. La conseillère d'Etat a indiqué qu'elle avait l'intention d'accélérer le rythme de travail du groupe de suivi de la LEO, dont elle a pris la présidence. Principale tâche: trouver un moyen de «simplifier les horaires sans empêcher la perméabilité du système». «Des modifications envisagées en dialogue avec les enseignants, directeurs, associations syndicales et parentales», a souligné Cesla Amarelle. Celle-ci compte ces prochains mois visiter de nombreux établissements scolaires, y rencontrer les directeurs mais aussi les profs en se rendant dans des classes, «pour prendre la température».

Créé: 15.08.2017, 17h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...