Et les repreneurs du mythique Barbare sont...

LausanneLa Ville a fait son choix, parmi 12 candidats, pour rouvrir le café de la Cité fermé depuis décembre 2016.

Anouk Senff et David Dürrenmatt, deux des trois repreneurs du café emblématique Le Barbare.

Anouk Senff et David Dürrenmatt, deux des trois repreneurs du café emblématique Le Barbare. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On les sent respectueux du lieu, mais aussi impatients de marquer le Barbare de leur empreinte. Il leur faudra toutefois faire preuve de patience: Anouk Senff, David Dürrenmatt et Cédric Ré sont les repreneurs choisis par la Ville de Lausanne pour redonner vie au mythique café de la Cité, fermé depuis décembre 2016. Mais en raison de lourds travaux à effectuer sur l'ensemble du bâtiment, la réouverture n'est pas prévue avant... 2021. «Je venais ici avec ma grand-mère, souvent. C'est aussi là que j'ai bu ma première bière sans alcool», se souvient Anouk Senff. Des trois associés, c'est elle qui s'occupera plus spécifiquement de l'exploitation du Barbare, forte de son expérience au Café des Tilleul à Renens, à la Galicienne à Prilly, à la Jetée de la Compagnie et à la Couronne d'Or à Lausanne.

«Le projet lauréat s’inscrit pleinement dans la politique des établissements publics de la Ville, déjà parce qu’il valorise un établissement historique et emblématique», explique la municipale Natacha Litzistorf. Mais pas que. Le nouveau Barbare misera sur de la petite restauration, avec des produits de saison, de qualité et de proximité. David Dürrenmatt, responsable de la communication: «Le bio et le local, ce ne sera pas que du marketing. Ce sera véritablement l'ADN du lieu, et tous les mets seront faits maison.» Il y aura un plat du jour à midi. Le soir, ce sera davantage planchettes apéro et tartinades.

Une fois par semaine, des artisans viendront partager leur passion avec la clientèle du Barbare, à l'image des Rencards Barbares qui ont déjà lieu actuellement de manière provisoire. Les intervenants pourront être fromagers, céramistes, vignerons ou photographes. Anouk Senff: «Nous voulons faire partie de la vie de quartier en devenant un vrai lieu communautaire. Et pourquoi pas renseigner les nombreux touristes qui passent ici, en partenariat avec l'office du tourisme?»

Les associés promettent un nouveau Barbare plus végétal, aux lignes plus épurées et simples. Le bar ne sera par exemple plus au même endroit. Natacha Litzistorf: «Ce qui nous a séduit aussi dans ce projet, c'est que les futurs exploitants sont décidés à investir le lieu, à se l'approprier tout en conservant son esprit.» Reste la question qui brûle toutes les lèvres: le fameux chocolat chaud du Barbare sera-t-il à nouveau à la carte? «On ne pourrait pas faire sans!», assure Anouk Senff.

Créé: 16.08.2019, 14h32

Articles en relation

Un dernier chocolat avant de dire au revoir au Barbare

Lausanne Le café mythique ferme jusqu’en 2018 pour rénovations. Retour sur son passé sulfureux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...