Le réveil des ambitions a sonné au PLR vaudois

PolitiqueLe départ de Jacqueline de Quattro ouvre les pronostics à droite. Le parti scrute son réservoir de forces vives. Qui reste limité pour l’heure.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Star Academy est lancée chez les libéraux-radicaux. Jacqueline de Quattro a annoncé, il y a quelques jours, qu’elle briguerait un siège à Berne, aux fédérales de 2019. De quoi réveiller des ambitions dans un parti où le tremplin vers le Château était bloqué depuis plus d’une décennie. Pascal Broulis (entré au Conseil d’Etat en 2002) a dit qu’il n’excluait même pas de se représenter au-delà de 2022. Et Philippe Leuba (au poste depuis 2007) n’a rien dit sur une éventuelle sortie. Mais l’un des deux fauteuils pourrait aussi se libérer ces prochaines années.

Le jeu s’ouvre. Qui pour briguer un ou plusieurs fauteuils à l’Exécutif? Nous avons interrogé plusieurs élus du PLR à différents niveaux, en leur demandant de nous fournir et commenter leur liste de papables. Pour garantir leur liberté de parole et éviter des arrière-pensées, nous leur avons assuré l’anonymat.

Deux noms sont sortis en premier. D’abord celui de Christelle Luisier (40 ans), députée et syndique de Payerne. «Elle est compétente, elle brille au Grand Conseil et elle a l’expérience de l’Exécutif… En fait, elle n’a plus qu’à attendre son tour pour succéder naturellement à Jacqueline de Quattro», juge un ponte. Isabelle Moret (47 ans) est l’autre nom qui revient le plus souvent. Logique, car sa candidature actuelle à un ticket pour le Conseil fédéral la place sous les projecteurs. «Si elle échoue à Berne, elle pourrait manifester de l’appétit dans le canton», pense un élu. L’intéressée ne s’est pas exprimée à ce sujet. D’ailleurs, toute déclaration parasiterait son calendrier.

Mais encore? Le troisième nom cité est celui de Frédéric Borloz (51 ans). Syndic d’Aigle, conseiller national et président du PLR vaudois, «il a mené le parti avec succès, il connaît les rouages et il est sous la lumière. Ce serait le moment. S’il doit attendre la prochaine décennie, la fenêtre d’opportunité pourrait se refermer», pense un interlocuteur.

«Etoile montante»

Une personnalité souvent citée est le député du Gros-de-Vaud Alexandre Berthoud (40 ans). Au Grand Conseil depuis 2012, président de la commission financière (COFIN), il est décrit comme «une étoile montante. Il aurait certainement les capacités d’un conseiller d’Etat. Il n’est pas du sérail. Indépendant, il est capable de s’opposer à Pascal Broulis quand il n’est pas d’accord.» L’intéressé se dit «flatté» que l’on pense à lui. «Je ne ferme aucune porte pour l’avenir, dit-il, mais je viens de prendre de nouvelles fonctions à la BCV et je m’y investis.» On peut en conclure qu’il ne serait pas disponible avant 2022.

D’autres noms sortent du chapeau, brandis par un ou plusieurs interlocuteurs. Florence Gross, (36 ans), d’Epesses, actuellement vice-présidente du PLR, aurait du potentiel. «Elle vient d’arriver au Grand Conseil, elle a encore un peu de chemin à faire.» Le nom du conseiller national Olivier Feller (43 ans) est cité deux fois, sur le mode: «Si Isabelle Moret peut s’intéresser, pourquoi pas son collègue?» L’intéressé n’a rien dit à ce propos.

Gregory Devaud (33 ans) a récemment manifesté de l’intérêt pour la présidence du PLR: du coup, certains lui prêtent d’autres ambitions. Carole Dubois (53 ans), la municipale du Chenit, qui vient d’entrer au Grand Conseil, aurait d’ores et déjà «fait bonne impression». D’autres regrettent que le Lausannois Mathieu Blanc (36 ans), après son échec à la Municipalité, renonce à briguer d’autres mandats et donne désormais la priorité à son travail et sa vie de famille. Quant à Pierre-Antoine Hildbrand (41 ans), il dit avoir assez à faire avec la Municipalité de Lausanne.

Le nom du sénateur Olivier Français (61 ans) est mis en avant, peut-être en écho à sa pseudo-candidature au Conseil fédéral en juillet. Le Lausannois avait brigué le gouvernement en 2006 avant de devoir s’incliner devant une certaine Jacqueline de Quattro. Le nom de Laurent Wehrli (52 ans), syndic de Montreux, est quelquefois cité. «Son profil est comparable à celui de Frédéric Borloz.»

Le parti «revient de loin»

Au final, quatre personnes ont les faveurs de la cote, dont une parlementaire fédérale qui n’a rien déclaré et un député qui n’aurait pas le temps. Les autres sont cités partiellement, ou avec réserves. Bref, le PLR présente une relève limitée, peut-être «de qualité» comme le prétendent certains, mais moins abondante que le PS où l’on ne compte plus les jeunes carnassiers aux dents longues.

«Le PS a introduit un mécanisme qui force les personnes à quitter l’échelon inférieur quand ils sont élus, cela empêche le cumul des mandats et permet à une jeune garde de se profiler plus facilement», commente l’historien Olivier Meuwly.

L’idée a été rejetée au PLR au nom de la liberté individuelle. La limitation du nombre de mandats dans le temps reste également inconnue à droite. «Cela dit, le PLR revient de loin, tempère Olivier Meuwly. Il était très difficile de se faire de la place dans les années 90 et le parti a négligé la relève. Cela a changé depuis et beaucoup de jeunes PLR émergent maintenant. Mais ça reste fragile et le parti ne peut pas se contenter d’attendre.»

Créé: 24.08.2017, 22h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.