Riex ne touche pas au lac mais profite de la vue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Riex n’a pas de plage mais a la tour de Gourze. L’ancienne commune, qui fait désormais partie de Bourg-en-Lavaux, ne descend pas jusqu’au lac mais monte à plus de 900 mètres d’altitude grâce à sa tour. Quant au village, il se trouve 450 mètres plus bas. Il snobe ainsi Cully, profitant d’une vue magnifique sur le lac et les vignes environnantes. «Les deux gros atouts de Riex aujourd’hui sont le Restaurant de la Tour de Gourze, réputé pour ses fondues, et le Café de Riex», plaisante Jean-Daniel Badoux. Le septuagénaire vit ici depuis plus de quarante ans. Il a été syndic de 1994 à 2006. Il regrette l’époque où les familles de vignerons étaient nombreuses, créant ainsi de l’animation au sein du village: «Malheureusement, aujourd’hui, Riex est presque devenu une cité-dortoir. Il y a peu de monde dans les rues la journée.»

Un constat partagé par Denis Fauquex, vigneron-encaveur à la rue de la Corniche: «Dans les années 1980, il y avait une trentaine de vignerons. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que quatre.» Les 293 habitants de Riex ne sont plus nécessairement des gens du cru, et les locataires sont désormais nombreux. «L’avantage, c’est qu’il y a plus de jeunes, notamment des familles avec des enfants en bas âge», précise Josette Badoux, femme de l’ancien syndic.

J’aime la situation de Riex au-dessus de la «mêlée». Quand le monde s’agite en bas et en haut; ici, c’est le calme des jardins qui prédomine

Céline Gsponer et Yohann Magne font partie de ces jeunes couples qui ne quitteraient Riex pour rien au monde. D’autant que, depuis juillet, ils ont repris la gérance du restaurant Tout un Monde à Grandvaux, «trois minutes de scooter» et ils sont au boulot! Ils aiment l’esprit de village qui règne dans le petit bourg et plus particulièrement dans la rue des Sous-Riex, celle où ils ont emménagé en 2010. «On connaît tous nos voisins et on s’entend très bien. En été, il nous arrive d’entamer la conversation avec l’un d’eux et d‘être encore près de la fontaine deux heures plus tard avec d’autres villageois et quelques bouteilles», explique Yohann Magne. Et sa compagne de surenchérir: «Dans notre rue, nous sommes plusieurs familles avec bébés. On se donne des conseils, on se passe des habits, il y a une véritable entraide.» Et difficile de ne pas avoir le sourire dans une telle rue!

La comédienne Nathalie Pfeiffer a son appartement juste à côté de celui du couple: «Pour moi, qui vis seule et qui suis souvent en voyage dans des régions urbaines, un village c’est merveilleux. J’ai le sentiment d’y être comme chez moi. J’aime sa situation un peu au-dessus de la «mêlée» que je vois depuis les Sous-Riex. Quand le monde s’agite en bas et en haut, quand les ambulances, le train, l’autoroute, les plagistes, les bateaux s’activent; ici, c’est le calme des jardins qui prédomine. Bourdons, chats et lézards…»

Et ceux qui cherchent un peu d’animation peuvent participer au marché qui se tient tous les deux mois. «Avec les Badoux, nous avons mis sur pied ce marché afin de conserver un esprit de village malgré la fusion, explique Liliane Demierre. Lors des premières éditions, les stands étaient tenus uniquement par des gens du lieu, mais maintenant nous avons ouvert à d’autres personnes motivées.»

Le prochain marché? Ce sera le 30 avril jusqu’à 13 h sur la place Rodolphe-Théophile Bosshard. L’occasion de venir prendre l’apéro et de vérifier si l’adage local tient ses promesses: «A Epesses le nom, à Riex le bon!» C’est à Charles-Frédéric Fauquex, grand-père de Denis, que l’on doit cette phrase. Le vin de Riex pouvant être... de l’Epesses! (24 heures)

Créé: 28.02.2016, 10h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.