Rita Rosenstiel a fait appel à la justice pénale

JusticeL’ex-conservatrice du Musée Paderewski, placée de force dans un EMS à Morges, a porté plainte contre son curateur.

Rita Rosenstiel a été internée de force en EMS. Elle a décidé de faire appel à la justice pénale.

Rita Rosenstiel a été internée de force en EMS. Elle a décidé de faire appel à la justice pénale. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est incroyable de se voir à la télévision! Jamais je n’aurais imaginé que l’on puisse s’intéresser encore à moi alors que je croupis depuis un an dans une chambre d’EMS. Cela me fait évidemment du bien, mais je faiblis un peu plus tous les jours.» A bientôt 91 ans, Rita Rosenstiel, ex-conservatrice du Musée Paderewski, à Morges, a regardé l’émission Temps présent que la RTS lui a consacrée jeudi soir. Elle a revécu le cauchemar du 28 janvier 2014, quand un curateur désigné par la juge de paix Véronique Loichat Mira la place contre son gré à l’EMS Nelty de Beausobre, alors qu’elle a toujours bon pied bon œil, résilie en vitesse le bail de son appartement et vend tous ses biens à un brocanteur pour une bouchée de pain (1500 fr., dont il a fallu déduire 1200 fr. de frais d’évacuation).

Aujourd’hui, cette petite femme alerte et souriante, qu’une avocate assiste depuis l’été dernier, est néanmoins parvenue, grâce à un recours auprès de la Chambre des curatelles du Tribunal cantonal, à obtenir la révocation de son placement à des fins d’assistance (PLAFA). En revanche, elle n’a plus rien. «Je n’ai plus d’appartement, plus d’argent, plus de meubles, plus de souvenirs personnels, et même si je peux sans doute encore me débrouiller toute seule, je n’en ai plus la force morale, dit-elle avec lucidité. Désormais, la seule chose que je souhaite, c’est que le curateur soit puni.»

«Même si je peux sans doute encore me débrouiller toute seule, je n’en ai plus la force morale»

C’est la raison pour laquelle, de guerre lasse, Rita Rosenstiel a déposé une plainte pénale pour gestion déloyale contre le curateur, relevé depuis de ses fonctions, et la première audience devant le Ministère public s’est précisément tenue hier après-midi. La détermination de Rita Rosenstiel à agir sur le plan pénal fait suite au dépôt d’un second recours de son avocate, Anne-Rebecca Bula, contre la décision de la juge de paix de Morges d’approuver les comptes 2014 établis par le curateur – un recours également accepté par la Chambre des curatelles – ainsi qu’à de longs pourparlers infructueux avec l’Etat en vue de convenir d’une indemnité pour le tort subit.

«Rita Rosenstiel a pris elle-même la décision de mettre un terme à ces négociations, relève son avocate. La somme qu’on lui proposait était parfaitement dérisoire et ne lui aurait en tout cas pas permis d’acheter de quoi vivre à nouveau dans un appartement, fût-il protégé. J’ai le sentiment que l’Etat, auquel le grand âge de Mme Rosenstiel n’a pas échappé, joue la montre. Mais il oublie qu’il ne l’a pas jouée quand il s’est agi de la mettre dans un EMS contre son gré…»

Du coup, Anne-Rebecca Bula envisage désormais, afin d’obtenir une indemnisation digne de ce nom, de déposer une procédure en justice contre l’Etat. «Je dois tenir compte, moi aussi, de l’âge de ma cliente, dit-elle. Mais cette procédure, qui prendra sans doute beaucoup de temps, pourrait se poursuivre quelles que soient les circonstances.» Dans l’intervalle, les assises des placements à des fins d’assistance (PLAFA), réclamées par le Grand Conseil à la suite du drame vécu par la nonagénaire, se tiendront le 5 juin prochain.

Créé: 09.01.2015, 15h56

Articles en relation

«Vous avez le droit de recourir contre un placement à des fins d'assistance»

Vaud Alors que l'association de défense des retraités répondait jeudi aux inquiétudes de 120 personnes à Renens, les députés ont obtenu qu'un débat sur les PLAFA ait lieu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...